Sagas des Mers Grises – Tome 1 : Le Sabot de Sleipnir – de Pierre Efratas

Amateurs de mythes et de mondes nordiques, de sagas vikings, de récits alliant mystères, navires, guerriers, dieux et hydromel : ceci est pour vous !
J’ai été contactée par la maison d’Edition « Noir d’Absinthe » afin de découvrir le premier tome des Sagas des Mers Grises, dont l’auteur, Pierre Efratas, m’avait déjà plu à travers les Sagas des Neuf Mondes.

Arrêtez-vous et plongez-vous dans les histoires de dame Genovefa ! En effet, cette femme au coeur meurtri vous narrera avec talent les aventures d’Ingvarr le Reprouvé… ou du moins la première partie de son histoire, celle du Sabot de Sleipnir. En ce lieu se rejoignent vengeance, appât du gain, tant sur le plan humain que sur le plan divin. Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler la saveur de ces découvertes… mais on a là un divertissement fort plaisant et captivant de bout en bout… !

Les forces de ce récit sont multiples et… le seul défaut que je lui trouve est peut-être une force en fonction des profils de lecteurs qui aborderaient cet ouvrage. On va commencer par là… La taille ! Je l’ai littéralement dévoré et j’ai eu cette impression de : « déjà fini ? » En soi c’est aussi extrêmement positif car cela signifie que je ne me suis pas ennuyée… mais rester sur sa faim n’est jamais agréable !

Passons donc ce point là, pour aborder ceux qui me semblent marquants à l’issue de cette lecture.

La narration est l’un de ces points forts. L’auteur manie sa plume de manière à créer une connivence entre la narratrice du récit (Genovefa) et le lecteur. Elle nous interpellera régulièrement, commentera les fils de l’histoire de manière à générer attention, attente, questionnement… Un ressort très intéressant pour capter le lecteur et rester plongé dans le divertissement. En tout cas j’ai beaucoup apprécié cette façon de procéder, rafraîchissante dans le champ des narrations plus classiques.

L’univers nordique, je crois l’avoir déjà dit quelque part sur ce blog, est un univers qui me passionne et dans lequel les immersions sont très souvent plaisantes… Ce livre est parti avec un sacré train d’avance grâce à cela, bien que toutes ses autres qualités confortent avec force cette expérience positive.
Les événements, les personnages, les divinités, etc. tout est fait pour que le lecteur soit immergé dans cette ambiance scandinave. Les citations liminaires en début de chapitre sont également comme des petits flashs renouvelant la magie présente dans l’ambiance baignant l’intrigue, les personnages et leur façon de concevoir leur monde de papier.
Plaisir, plaisir, plaisir !

Parmi les personnages, j’ai une préférence pour Brand… pour des raisons que je ne peux exposer sans dévoiler l’intrigue ! Ingvarr m’a également plu même si je suis plus réservée, notamment pour les raisons qui ont orienté mon affection vers Brand. Quant à Polter… que dire sans trop en dire ? Sa construction fait que ce n’est pas un personnage que j’ai apprécié… mais si l’on considère son rôle dans le dénouement partiel de ce premier tome, c’est tout à fait normal… Il me semble.
Par contre, si je parle de préférence et de plaisir, je n’ai pas eu de ces coups de coeur qui font chavirer un lecteur pour un être de papier.

En somme les forces majeures de cet ouvrage sont, pour moi, son univers extrêmement immersif et travaillé dans la veine nordique. L’immersion est étayée et magnifiée par une narration basée sur la complicité avec le lecteur, procédé rafraîchissant et stimulant pour le lecteur. La taille du récit m’a laissé sur ma faim… mais je n’oublie pas que c’est un premier tome, qu’il y en aura d’autres… et que cela peut donc plaire à des lecteurs moins téméraires.

___________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

 

 

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Pierre Efratas. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s