Le Faucon Éternel – de David Gemmell

Suite et fin du diptyque « la Reine Faucon » initié par la Reine des batailles, ce deuxième tome intitulé le Faucon Eternel est un nouveau plaisir de lecture, une belle découverte.

Quatrième de couverture :

Les cruels Aenirs ravagent le territoire au sud des montagnes, semant la mort et la terreur dans tous les villages. Retranchés dans les hauteurs, les clans se croient à l’abri. Caswallon, voleur et guerrier solitaire, sait qu’ils seront les prochains à subir les assauts des terribles barbares. Mais les fiers highlanders refusent d’entendre la voix de la raison, et de s’unir pour contrer la menace. Pire, le chef du clan de Caswallon invite son ennemi à participer à leurs jeux d’été. Son geste pourrait bien condamner tous les clans. C’est alors que Sigarni, la Reine Faucon, surgit à travers le temps et l’espace…

Avis personnel :

J’ai d’abord été déçue de constater que ce n’était plus Sigarni le personnage principal de ce nouveau tome. J’aurais bien aimé suivre à nouveau la reine, malgré l’irritation qu’elle m’a fait parfois ressentir comme je le mentionnais dans l’article précédent. Commencer par une déception n’est pas le meilleur chemin pour apprécier une oeuvre… Cependant ça ne conditionne pas toute mon expérience de lecture : à mon plus grand soulagement.

Caswallon et Gaelen sont deux figures qui m’ont plu. J’ai finalement bien aimé suivre ces deux highlanders. Le premier est un personnage entier, fier de ses valeurs bien que voleur, dévoué corps et âme à sa famille et à son clan, qui plus est pertinent et intelligent. La figure du meneur sensé qui ne veut pas endosser la responsabilité de mener, mais qui réalisera sa destiné avec panache. Très intéressant. Le second est le garçon adopté par le clan et marchant dans les traces de son père adoptif. Deux êtres purs brillant au centre des highlanders menacés par l’orgueil et par la peur. Deux grands personnages, héros voués à connaître des instants intenses, épiques et exaltants au cours de ce récit. Inévitablement !

Concernant la trame narrative elle est somme toute proche du tome précédent. Les clans highlanders sont menacés par un ennemi venant des lowlands, un ennemi puissant et sans pitié qui veut les exterminer. De même, dans le désespoir engendré par le surnombre et la brutalité des armées ennemies, il ne reste que les héros, les arcanes des druides tel Taliesen et la Reine des batailles, Sigarni, pour les tirer d’affaire bien que leurs chances paraissent infimes.
Passés les deux premiers tiers du romans qui mettent en place les personnages, la menace des Aenirs et le début de la guerre, on s’enfonce alors dans le méandre des fils temporels et des paradoxes que l’auteur tisse autour des portails et de la magie des Druides. Est-ce que c’est bien fait ? Je dirai que oui… Il faut savoir que je ne suis pas fan des paradoxes temporels et que tout ce qui implique voyage dans le temps et/ou différents plans de réalité me laisse souvent perplexe et me convainc difficilement. Là je n’ai pas cherché à creuser la compréhension, je l’avoue, me contentant de ce que présentait l’auteur tel que c’était présenté, et comprenant que la boucle ouverte par Gaelen et Sigarni est bouclée à la fin. Ça passe donc, sous cette forme de simple acceptation.

Conclusion : L’intrigue, similaire à celle du premier tome pourrait passer comme un manque d’originalité, mais elle est portée par des personnages attachants et captivants. Relevée du jeu des paradoxes temporels, de l’éternel recommencement et de la quête infinie de l’existence et de ses mystères, elle sait devenir singulière. Cela m’a donc plu et j’en garderai un très bon souvenir.

___________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Gemmell. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Faucon Éternel – de David Gemmell

  1. Ping : Les lectures des mois de Juin, Juillet, Août, Septembre et Octobre 2017 | Havre de pensées & de mots

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s