Harry Potter et l’Enfant Maudit – de J.K. Rowling

Avec le recul, s’il a un gros défaut à ce blog c’est de ne traiter que des lectures que j’ai fait depuis son ouverture, laissant de côté celles que j’ai faites AVANT, et ce malgré l’amour inconditionnel que j’ai pu porter à certains romans… La série Harry Potter fait donc partie de ces oubliées dans le passé post-blog… Je ne m’emballerais pas outre mesure sur ce point, et je ne promettrais pas de traiter de cette saga sous peu, comme j’ai pu le faire autrefois avec Eragon ou Ewilan sans jamais m’y mettre malgré mes envies. Nous n’allons donc ici ne parler que cette « huitième histoire » de la saga, Harry Potter et l’Enfant Maudit.

« Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises… »

Commençons par une évidence qui peut, peut-être, avoir son importance en fonction des sensibilités littéraires. Le format de ce nouveau récit est original. Nous n’avons pas affaire à un roman, mais à une pièce de théâtre soigneusement découpée en actes, en scènes, comprenant son lot de didascalies pour poser le décor, et bien sûr la mise en forme traditionnelle pour distribuer les répliques entre les personnages.
Personnellement, et cela n’engage que moi, je trouve ce format rafraîchissant. Il ne bride en aucun cas mon plaisir de lecture et ma capacité à me plonger dans l’univers de l’auteur. Je trouve cela beaucoup plus facile à suivre et beaucoup plus fluide que la masse romanesque qui a d’autres atouts et d’autres charmes.
Je suis consciente que chaque lecteur a une position différente quant à cette affirmation… Cependant, j’invite ceux qui seraient septiques et moins emballés par le format à tenter tout de même cette incroyable lecture !

Enchaînons donc sur ce terme : « Incroyable ». Je sais que je suis souvent passionnée par les récits que je présente, tout simplement parce que je lis rarement quelque chose que je n’apprécie pas… et donc je n’en présente quasiment jamais ! Cela relève d’un constat évident, je vous l’accorde. Mais il faudra ici faire la différence entre un livre que j’ai aimé, un livre que j’ai beaucoup aimé, un livre que j’ai adoré et… un livre qui m’a passionnée au-delà de toute espérance !
Ici nous parlons de quelque chose de rare, une lecture « Incroyable », le mot n’est pas peu pesé…
Incroyable car ces pages replongent l’adepte de la saga originelle que je suis dans un univers qui m’avait manqué plus que je ne l’aurais cru, et j’avoue cela sans la moindre pudeur ! Un plongeon incomparable, des retrouvailles intenses, une grande émotion de lectrice…
S’il n’y avait que cela…
Ce n’est pas simplement un retour simple, un copier-coller attendu de ce que l’on connaissait et que l’on ne ferait que redécouvrir… C’est une nouvelle histoire, qui apporte aussi son lot de surprise, de fascinations et de découvertes… Et c’est cela, ce subtil mélange entre retrouvailles et découvertes qui devient enivrant. Dix-neuf ans plus tard… Les enfants de nos héros sont au cœur de l’intrigue et œuvrent pour réparer des torts et avancer dans l’ombre de leurs parents qui, eux aussi, sont aussi fidèles qu’ils ont évolué… Mais les forces du mal ne sont jamais loin et menacent de submerger à nouveau l’Histoire des sorciers… Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler d’éventuels futurs lecteurs (même si j’ai bien conscience que je suis certainement l’une des dernières à ce jour à avoir enfin exhumé ce livre de ma PAL pour le découvrir tardivement !).

La Partie 1 comprend l’acte I et l’acte II, c’est la mise en place des personnages, notamment de la situation de Scorpius et Albus, les deux amis improbables et inséparables du récit… Le but de leur quête vient rapidement… le but d’Albus étant de réparer les torts passés de son célèbre père, le but de Scorpius étant de trouver, en aidant son ami, un moyen d’échapper aux calomnies de sa naissance… Ce que dégagent ces deux personnages, qu’il s’agisse de leur volonté, de leur solitude et de leur douleur, est extrêmement intense. Cela en fait deux personnages passionnants à suivre. Les caractères, les actes, les choix et leurs erreurs de nos anciens héros ajoutent un contraste saisissant qui met en valeur ces deux jeunes adolescents…

La Partie II contient le reste de l’intrigue, l’acte III et l’acte IV… Il doit mener à la résolution du noeud maléfique que les deux adolescents ont généré à force de jouer avec le temps. Leur bonne volonté a conduit à une catastrophe… L’on ne saurait être plus alarmé et captivé qu’à ce moment là ! Et lorsque les choses semblent de nouveau aller mieux, l’identité de l’enfant maudit est révélée, replongeant les personnages dans la tourmente… Les choses s’accélèrent jusqu’au dénouement épique et intense qui rassemble l’avenir et le passé, les anciens héros et leurs enfants…

Je ne me suis pas simplement plongée dans cette lecture, elle m’a littéralement emportée et j’ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre lorsque le moment était venu de faire des pauses. Le pire moment à interrompre ayant été pour moi la fin de la première partie, à la fin de l’acte II, avec des événements tout à fait… Y a-t-il un mot pour qualifier le coup de tonnerre, cette impression d’avoir été foudroyée sur place par le fil du récit ?

Mon avis est donc extrêmement positif et je n’ai rien à redire… Même les voyages dans le temps et les distorsions de la réalité, que je n’affectionne pas et qui m’exaspèrent d’ordinaire, car je les trouvent capillotractés, n’ont pas été un facteur qui m’a déplu… L’auteur a su mener cela à bien avec une plume et des idées de maître.

La principal question qui me travaille à l’issue de cette lecture relève de la question de la mise en scène. Etant donné tout ce qui est décrit dans les didascalies, comment a-t-on réussi la représentation de cette oeuvre ? Mon prochain objectif est donc de trouver à voir ce « comment » et à espérer contempler visuellement la magie de ce qui m’a transportée sur le papier !

« Méfait accompli… »

___________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, J.K. Rowling, La Littérature de Jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Harry Potter et l’Enfant Maudit – de J.K. Rowling

  1. Ping : Lectures du mois de Mars 2017 et du mois d’Avril 2017 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s