Le Dernier Jardin – Tome 1 : Éphémère – de Lauren Destefano

Roman étiqueté young-adult sur le net, je suis bien en peine pour le classer dans l’une des catégories de ce blog. Ce n’est pas un classique, ce n’est pas de la Fantasy. On pourrait lui trouver quelques traits de SF à cause de la technologie et de l’ambiance post-apocalyptique, mais sans plus. Je ne le mettrai pas non plus tout à fait dans les romans de jeunesse. De ce fait, il se retrouve dans la catégorie ‘Bric-à-brac’. Ce n’est pas par manque de qualités, bien au contraire, mais cela simplifie le dilemme qu’implique l’étiquetage par rapport au contenu.

le-dernier-jardin---l-integrale-577243

Quatrième de couverture :

Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ?

L’humanité croyait son avenir assuré. La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies.
Mais qui pouvait imaginer le prix à payer ? Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans. Le monde a changé. Pour les jeunes femmes, la liberté n’est plus qu’un souvenir. Au nom de la survie de l’espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames.
Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n’a qu’une idée en tête : fuir.
Qu’importe l’amour que lui portent son mari et ses sœurs-épouses. Quand on n’a que quelques années à vivre, la liberté n’a pas de prix.

Avis personnel :

Une lecture géniale !
Géniale sur plusieurs plans, même si je suis consciente que mon adhésion totale au roman peut être facilement contestée par des détracteurs ou des septiques. En effet, c’est un coup de coeur, une affinité particulière avec un texte qui m’a happée, qui m’a saisie alors que je ne m’y attendais pas.

Premier point fort, la dystopie. Les dystopies ont tendance à prendre plus de place dans mon horizon littéraire. Le genre n’est pas récent, mais à titre personnel, j’en vois défiler un peu plus. Pourquoi je les apprécie ? Pour leur pouvoir d’attraction, pour la fascination déconcertante qui naît de leur lecture, pour le sentiment qu’inspirent les failles et les malheurs qu’ont y voit. Et cela conditionne leur puissant message : et si tout cela avait un fond de vérité ? Cela peut-il arriver ? Comment éviter ça ? Comment ne pas vivre ça ? En lisant ce texte, j’ai partagé cette étrange anxiété générée par la lecture, la même qui m’a hantée – même si c’est en un spectre différent, doté d’une nouvelle forme – après Hunger Games, après la Mort de la Terre, après 1984, etc. Les dystopies réussies parviennent à montrer quelque chose de terrible tout en captant l’humain, ce n’est pas simplement une situation horrible dans un monde horrible. C’est l’humain dans cette situation horrible. Et ça c’est le deuxième point fort du tome 1 du Dernier Jardin. Mais j’y reviendrais ensuite.
L’univers de cette dystopie met en scène une humanité qui récolte les germes de sa propre destruction. Ayant repoussé à l’extrême les limites de la nature pour créer une génération d’êtres parfaits et robustes, les générations suivantes sont dégénérées et un virus les fauche aux alentours de l’âge de 20 ans, les privant d’un avenir personnel, mais vouant l’espèce humaine à une possible extinction. Le monde tombe en décrépitude, les enfants vivent souvent sans leurs parents, bataillant dans un monde où leur avenir est compté… Les familles riches de la première génération, celles qui ont longue vie et santé, essaient de trouver une solution. Mais en attendant leurs propres descendants se doivent de faire perdurer leur lignée. C’est pour cela que le personnage principal, Rhine, 16 ans, est enlevée contre son gré pour devenir l’une des trois femmes du fils d’une de ces riches familles, afin de donner un enfant au fils de 20 ans qui, comme elle, mourra dans 4 ans au grand maximum… L’héroïne est victime d’un système, qui est lui-même défaillant à cause des erreurs d’un passé qui a pourri l’avenir jusqu’à la moelle…

Le deuxième point fort de ce roman est contenu dans le caractère de son personnage principal. Le récit est à la première personne. On suit donc une héroïne qui nous livre son récit. Par les yeux de laquelle on découvre ce qui lui arrive. Dans les pensées de laquelle on suit son calvaire. M’étant rapidement immergée dans ce mode de narration et ayant apprécié le personnage, le procédé d’empathie a pleinement opéré entre cet être de papier et moi-même. J’ai adoré Rhine, et je l’ai suivie avec passion, tout du long, l’observant se débattre avec sa captivité, se plonger ses souvenirs qui reviennent souvent, comme une vague sur le rivage qui vient et qui repart, se démener avec son désir de fuite et l’apprivoisement incomplet que son mariage forcé lui impose. L’auteur joue, à son niveau de compétence, avec la psychologie de son personnage de manière à ne pas permettre au lecteur de savoir, jusqu’au dernier moment, quel sera la décision de Rhine sur son éventuelle fuite. Cette constante lutte que le personnage mène avec lui-même est riche.

En somme j’ai bien aimé, on peut même dire que j’ai adoré ! Cependant je comprends que le thème, le personnage et les enjeux de l’intrigue sont particuliers et peuvent déplaire. Mais même dans le cas où cela ne conviendrait pas, je pense qu’on peut tout de même reconnaître sa qualité en tant que dystopie.
C’est avec plaisir que je lirai le tome 2 sous peu.

1405-jardin1_org

__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans BRIC-A-BRAC. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Dernier Jardin – Tome 1 : Éphémère – de Lauren Destefano

  1. Ping : Les lectures du mois de Janvier 2016 | Havre de pensées & de mots

  2. Ping : Le Dernier Jardin – Tome 2 : Fugitive – de Lauren Destefano | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s