L’Âme de l’Empereur – de Brandon Sanderson

L’Âme de l’Empereur est un roman de 200 pages écrit par Brandon Sanderson. Ne vous fiez pas à sa petite taille ! C’est une lecture originale et efficace dont je ne pense pas oublier le souvenir. Merci à Valdomir, qui est à l’origine de cette recommandation de lecture.

Quatrième de couverture :

La jeune Shai a été arrêtée alors qu’elle tentait de voler le Sceptre de Lune de l’Empereur. Mais au lieu de l’exécuter, ses geôliers concluent avec elle un marché : l’Empereur, resté inconscient après une tentative d’assassinat, a besoin d’une nouvelle âme. Or Shai est une jeune Forgeuse, elle possède la capacité magique de modifier le passé d’un objet, et donc d’altérer le présent. Grâce à ce talent, Shai doit forger le simulacre d’une âme. Une tâche ardue, sur laquelle repose le destin de l’Empire… et celui de Shai.

9782253177142-T

Avis personnel :

Comme vous l’avez compris grâce au début de cet article, mon avis sur ce livre est positif ! Comprenez bien toutefois, ce n’est pas rien, il n’est pas simplement teinté de positif, il est entièrement positif !

Le point le plus fort de ce roman, à mon avis, c’est l’originalité de son système de magie. En effet, pas de grandes formules, de baguettes, d’anneaux magiques ou autres classiques du même acabit. La magie est liée à une science, celle des Spiritampes, des tampons que les Faussaires créent pour modifier le passé d’un objet ou d’un être vivant. Pour créer ce tampon qui agira sur la réalité en en créant une autre version, le Faussaire doit avoir une connaissance intime de l’objet ou de la personne affectée. C’est plus un jeu de connaissance et d’intention que de grand sortilège. C’est extrêmement bien pensé, bien séduisant et bien utilisé.

Bien sûr, il n’y a pas que le système de magie qui élève cette oeuvre à un rang élevé dans mon expérience de lecture. L’intrigue est intéressante : notre héroïne, Shai, est captive des arbitres de la faction de l’Héritage. Ils considèrent son art comme une abomination et il est fort probable qu’ils cherchent à la tuer. Seulement ils ont un problème avec l’empereur : victime d’un attentat il a perdu sa conscience et végète. Si les arbitres veulent rester au sommet du pouvoir impérial, il faut que l’empereur redevienne lui-même. Ils se voient donc obligés d’employer la plus brillante des Faussaires pour recréer une âme à l’empereur à l’aide de ses Spiritampes. Le récit est rythmée par les 100 jours de captivité que Shai a à sa disposition pour réaliser l’exploit de récréer l’âme du souverain. L’on suit sa progression, son questionnement sur ce qu’elle doit accomplir, sur la manière dont elle pourrait s’échapper à la suite de son exploit car elle n’a aucun doute sur son assassinat une fois la tâche accomplie… Tout cela est équilibré à la perfection. Pas de temps longs, pas de précipitations. Les scènes s’enchaînent, déployant un vaste éventail de situations (discussions, recherches, actions, etc.) et donnant au lecteur à lire ce récit avec plaisir et curiosité.

Venons-en au personnage de Shai. Cette jeune femme énergique, indépendante, volontaire est une Faussaire. Considérée comme une criminelle, une abomination par les dirigeants de l’Empire à cause de son art, elle est un personnage complexe. Toujours sur le fil entre l’admiration et le dégoût, le talent et la tricherie, le dédain et l’humilité, l’intelligence et l’ignorance. C’est un personnage agréable à suivre que Sanderson parvient à rendre crédible et sympathique, de manière bien plus précise et agréable que des romans qui sont bien plus longs. C’est un trait de maître.

Enfin, une dernière qualité que j’aimerais soulever, les pistes de questionnement que soulève le roman. Bien sûr ce sont des lignes tirées dans le divertissement, mais elles m’ont interpellées. Le pouvoir des Faussaires affecte la réalité, la transformant et remettant en question ce qui était avant et ce qui sera désormais. Plusieurs fois l’on sent le besoin de s’interroger, qu’est-ce que le vrai, le faux ? Imiter est-il dénué d’intérêt ? Peut-on créer sans imiter ? Ce que l’on perçoit est-il réel ? Mais surtout la plus importante : ce que fait Shai est-il beau ou contre-nature. Qui existera-t-il désormais dans le corps de l’empereur ? Un faux ? Une mascarade ? Ou son art peut-il faire revivre ce qui a été détruit ? Serait-ce alors une sorte de remède ?

Oh oui, je trouve cela magnifique que tant de choses magistrales existent dans un si petit volume. C’est un coup de cœur dont je recommande, à mon tour, la lecture aux curieux.

__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Brandon Sanderson, Fantasy et Science-Fiction. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’Âme de l’Empereur – de Brandon Sanderson

  1. Ping : Les lectures du mois de Janvier 2016 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s