Les Enfants de l’Atlantide – Tome 4 : La Terre des Morts – de Bernard Simonay

La Terre des Morts conclut la série des Enfants de l’Atlantide. Si je signifiais le fait que la lecture gardait une certaine saveur jusqu’à la fin du tome 3, je ne pourrais pas le faire ici car j’ai été déçue par ce tome…

les-enfants-de-l-atlantide,-tome-4---la-terre-des-morts-109608-250-400

Quatrième de couverture :

Astyan, le dernier des Titans, retrouve dans des ruines très anciennes un document qui lui révèle que ses frères ont été projetés dans un monde inconnu appelé Thanata, la Terre des Morts. Accompagné de la belle Pléionée, il entreprend alors un voyage extraordinaire qui le mène sur une planète inquiétante, où un mal redoutable ronge toute vie, où les forêts ont disparu et où les villes survivantes se replient inexorablement sur elles-mêmes. Au cours d’un périple fertile en rebondissements, il va percer peu à peu le terrible secret de ce monde effrayant, sur lequel plane cependant une lueur d’espoir dont les origines remontent à un passé légendaire et sacré…

Avis personnel :

Pourquoi ai-je été déçue ? Avant d’en venir à cela, soulignons les points positifs de ce roman.

L’univers tout d’abord. Même si on peut se lasser d’être une nouvelle fois confronté à des scènes de destruction, à une atmosphère post-apocalyptique très prononcée, à une vision pessimiste de l’humanité et de son devenir, il faut avouer que c’est bien pensé. Le monde de Thanata sait être fascinant, et la vérité de son histoire, que l’on découvre progressivement, comporte une part intéressante sur le fond. Pour la forme… on y reviendra.

Les personnages qui nous reste, ensuite. Notre héros, Jehn-Astyan, a le mérite de rester égal à lui-même, et Pléionée est adorable. Pour ce qui est du traitement du personnel dramatique ? Ce sera plus bas…

L’intrigue, enfin ? Prometteuse à son commencement : Astyan va-t-il retrouver ses alliés Titan dans le monde de Thanata ? Et Anéa ? Mais cela s’arrête là… C’est dans l’intrigue et son déroulement que réside mon plus grand sentiment de dépit.

Vous l’avez compris à ma manière de le dire, cette part satisfaisante de l’oeuvre est contrebalancée par un certain nombre de faits qui m’ont irritée ou déçue…

Le balayage immédiat du personnel dramatique m’a énervée. Oh ? Astyan avait trouvé une compagne, des amis depuis le tome trois ? Allez, on tue tout le monde et on relance le récit en lui ramenant Pléionée. Leur duo n’est pas désagréable mais j’ai trouvé cela trop facile.

Le monde de Thanata est une excellente idée mais son exploration est lourde. Au fil du roman, on a l’impression que chaque étape du voyage et chaque portion de dialogue, qui le ponctue, sont un prétexte pour raconter l’histoire alternative de ce qui pourrait être notre monde, et montrer à quel point les êtres humains sont des dégénérés, des monstres, etc. Cela donne des longs discours… Des focalisations agaçante à force de prendre le pas sur le coeur des attentes… Et cela donne l’impression de se retrouver dans un documentaire et non plus un roman…

J’ai été intriguée par la quête de Krysos. Mais son dénouement tombe dans le même travers que le monde. Le mystère est brisé par « l’effet documentaire », mais cette fois-ci en mode « refonte des idéaux monotéistes ». De plus, cette intrigue supplante complètement la quête qui était celle de nos héros à l’initiale : retrouver les Titans sur Thanata. Oh ! Ils les retrouvent, mais les retrouvailles sont laissées de côté et on ne sait rien de ce qu’ils ont enduré sur ce monde, on ne sait rien de leur retour sur Terre… C’est le vide béant. Pire encore ! (Et attention spoiler !) Il ne retrouve pas Anéa ! Le livre se clôt sur l’idée qu’elle va finalement se réincarner, mais… rien.

Si l’on supporte ces défauts on peut passer un bon moment, mais cela n’a pas été mon cas. C’est bien dommage car le bilan jusqu’à présent était positif ! Je pense toutefois que lire ce cycle n’est pas une perte de temps. En effet, il y a de belles choses à voir ou des aventures sympathiques à suivre. Mais il faut s’attendre à cette claque qu’est le quatrième tome et qui n’a pas été savoureuse.

__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Bernard Simonay, Fantasy et Science-Fiction. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Enfants de l’Atlantide – Tome 4 : La Terre des Morts – de Bernard Simonay

  1. Ping : Les Lectures du mois de Novembre 2015 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s