Le Silmarillion de J.R.R. Tolkien – Chapitre 24 : Le Voyage d’Earendil et la Guerre de la Grande Colère

1507-1

Quenta Silmarillion
Chapitre 24 : Le Voyage d’Eärendil et la Guerre de la Grande Colère

Eärendil prend pour compagne Elwing. Leurs enfants sont des Demi-Elfes, Elrond et Elros. Malgré ce bonheur, Eärendil se sent tiraillé vers l’ailleurs. Il veut prendre la mer pour retrouver Tuor et Idril. Ou alors pour trouver Valinor et implorer la pitié des Valar.

Cirdan le Charpentier l’aide à construire le plus beau des navires : Vingilot, Fleur d’écume. Mais Eärendil ne retrouve pas sa mère et son père… Ni ne trouve le rivage de Valinor. Il décide de rentrer au plus vite, tiraillé par un mauvais pressentiment au sujet d’Elwing, restée sur les rivages du Sirion avec le Silmaril qu’elle a reçu en fuyant le Doriath.

Sa crainte est fondée. Les fils de Fëanor, toujours hantés par leur serment, réclament leur bien auprès des réfugiés de Doriath et de Gondolin qui vivent là. Devant le refus qu’ils essuient, ils perpètrent un nouveau massacre parmi les Elfes. Les morts sont nombreux et les elfes de Gil-Galad n’arrivent pas assez vite pour secourir leurs alliés. Dans les combats, Elrond et Elros sont faits prisonniers. Mais Maglor les adoptera et en prendra soin tandis qu’Elwing et Eärendil seront au loin.

Elwing parvient à arracher le Silmaril aux fils de Fëanor en sautant dans la mer avec le bijou à son cou. Ulmo la secourt en la transformant en grand oiseau blanc. Elle se met à voler à la recherche de son bien aimé.

Elle le retrouve et reprend sa forme humaine… Ils font demi-tour, tournant le dos aux Terres du Milieu pour essayer une fois encore de trouver Valinor. L’éclat du Silmaril qu’ils tiennent à la proue croît à mesure qu’ils approchent de leur but. Le joyau les protège des enchantements qui empêchèrent tout autre de réussir ce voyage… et ils peuvent enfin jeter l’ancre dans la terre des Valar.

Les Valar entendent la prière d’Eärendil qui leur demande de pardonner aux Noldor et de venir aider les Elfes et les Hommes en Terres du Milieu. Ils lui accordent une place à Valinor à condition que lui et sa compagne choisissent s’ils veulent être Elfes ou Humains puisque leur sang mêlé leur permet ce choix. Ils choisissent le côté Elfique. Le bateau d’Eärendil est transformé en nef céleste qu’il mène au-dessus de la Terre en portant la lumière du Silmaril à son front.

L’Armée de Valinor se rassemble et marche sur les Terres du Milieu. Ne pensant pas que l’Ouest oserait encore se dresser contre lui, Morgoth est pris par surprise. Il vide ses forces mais en vain. Les Balrogs sont presque tous exterminés et ceux qui restent se réfugient sous terre dans des cavernes inaccessibles. Les dragons à ailes sont défaits par les aigles et le vaisseau volant d’Eärendil qui abat le plus grand des dragons noirs. Les Orcs sont presque tous tués, et il leur faudra longtemps pour être à nouveau assez nombreux et constituer une menace. Morgoth est forcé de plier le genou devant les Valar. Ils lui dérobent les deux Simarils restant sur sa couronne et l’enferment au-delà des Portes de la Nuit, en dehors du monde, dans le Vide.

Les deux fils de Fëanor encore vivants tentent de dérober les Silmarils aux Valar. Mais leurs actes passés les rendent indignes de la lumière pure de Valinor. Maedhros se précipite avec son Silmaril dans les entrailles de la Terre, tandis que Maglor jette le sien dans l’océan et se met à errer le long des rivages, chantant sa peine.

A cause de la violence des combats, le Beleriand est ravagé puis séparé des terres du sud par l’océan et n’est plus accessible. Les Eldars et les Hommes qui restent doivent se réfugier dans les contrées méridionales. Parmi eux on compte des personnages importants, comme Cirdan, Celeborn, Galadriel, Elrond, Elros… C’est ainsi que s’achève l’histoire des Silmarils… mais pas celle de la Terre du Milieu…

Glossaire :

Maedhros : le fils de Fëanor qui s’est jeté avec un Silmaril dans les entrailles de la Terre.
Maglor : le fils de Fëanor qui a jeté un Silmaril dans les eaux de l’Océan.
Silmarils : les trois bijoux forgés autrefois par Fëanor. L’un d’eux orne la nef céleste d’Eärendil, un autre réside aux fond des entrailles de la Terre, un autre a été perdu dans l’océan.
Eärendil : époux d’Elwing, descendant de Tuor et Idril, et donc de Turgon de Gondolin. Il a choisit d’embrasser son côté elfique quand les Valar lui ont demandé de choisir entre une existence mortelle et une existence immortelle.
Elwing : épouse d’Eärendil, descendante de Dior du Doriath, et donc de Thingol et de Melian. Elle a choisi d’embrasser son côté elfique.
Elrond : Fils d’Eärendil et d’Elwing qui a embrassé son côté elfique.
Elros : Fils d’Eärendil qui a embrassé son côté humain.

Extrait :

Elwing choisit d’aller avec les Premier-Nés des enfants d’Iluvatar, en l’honneur de Luthien, et Eärendil choisit de même pour la suivre, bien que son coeur penchât plutôt vers les Humains, le peuple de son père. Puis les Valar envoyèrent Eönwë sur le rivage d’Aman où les marins attendaient encore de savoir ce qui s’était passé. Il choisit un navire où furent placé les trois compagnons d’Eärendil et les Valar les poussèrent vers l’est avec un grand vent. Puis les Valar bénirent Vingilot et le firent passer au-dessus de Valinor jusqu’aux limites du monde. Là, il traversa la Porte de la Nuit et s’envola jusqu’aux océans célestes.
Splendide était ce merveilleux navire, il en sortait une flamme ondulante, vive et pure ; à sa proue était assis Eärendil, le Marin couvert de la poussière étincelante des gemmes, le Silmaril attaché à son front. En ce navire, il voyagea très loin, jusque dans le vide sans étoiles, mais on le voyait le plus souvent le soir ou le matin, paré de l’éclat du levant ou du couchant, quand il revenait à Valinor de ses voyages aux confins du monde.
Elwing ne prit pas part à ces voyages, elle n’aurait pas supporté le froid et l’espace désert, elle préférait la terre et les douces bises qui caressaient les collines et la mer. Alors on construisit pour elle une tour toute blanche vers le nord, au bord des Mers Extérieures, là où venaient toujours se reposer les oiseaux de l’océan. On dit qu’Elwing apprit le langage des oiseaux, ayant elle-même pris une fois cette forme, qu’ils lui apprirent à voler et que ses ailes étaient blanches et gris-argent. Parfois, quand Eärendil revenait près de la Terre, elle s’envolait à sa rencontre comme elle l’avait fait jadis après avoir été sauvée de sa noyade. Et ceux des Elfes qui avaient la vue la plus perçante la voyaient monter comme un oiseau blanc et brillant, taché de rose par le soleil couchant, dans un élan joyeux qui saluait l’arrivée de Vingilot dans le ciel.

Earendil et Elwing, image de steamey sur Deviantart : http://steamey.deviantart.com/art/Earendil-and-Elwing-500529919

Earendil et Elwing, image de steamey sur Deviantart : http://steamey.deviantart.com/art/Earendil-and-Elwing-500529919

__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, J.R.R. Tolkien. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Silmarillion de J.R.R. Tolkien – Chapitre 24 : Le Voyage d’Earendil et la Guerre de la Grande Colère

  1. Ping : Le Silmarillion – Sommaire | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s