Cavalier Vert – Tome 2 : La Première Cavalière – de Kristen Britain

Ce deuxième tome est d’excellente qualité. Par sa taille substantielle, son univers solide, son intrigue captivante et ses apports de contenu, je dirais même sans hésiter qu’il est meilleur que le tome 1. C’est un bon moment à passer que je vais partager dans cet article !

Quatrième de couverture :

Karigan est rentrée à Corsa pour finir ses études et travailler auprès de son père. Mais l’Appel est plus fort que sa détermination : au fond de l’esprit de l’ancienne Cavalière résonne sans arrêt le martèlement de sabots fantômes… jusqu’à ce qu’elle cède, et reprenne le chemin de la cité de Sacor.
Mais à la Cour, la jeune femme retrouve l’ordre affaibli : des Cavaliers aguerris sont morts, et pourtant peu de nouvelles recrues ont entendu l’Appel. Cependant, Karigan voit le spectre d’une femme qui ne peut qu’être Lil Ambriodhe, la Première Cavalière. Pourquoi apparaît-elle à Karigan ? Et comment demander de l’aide à cette femme morte depuis un millénaire ?
Car la brèche dans le mur de D’Yer continue à s’élargir et au coeur de la forêt veille une sombre et terrible menace…

1407-cavalier2_n_org

Résumé :

Envoyée en mission aux côtés d’une délégation du roi de Sacoridie, Karrigan se retrouve embarquée dans une aventure de spectres et de magie très angoissante. Un tertre explose alors que le camp sommeille. Il libère un spectre datant de la Longue Guerre, un lieutenant de Mornhavon l’Obscur. Il appelle Karrigan « la Galadheon » et il la menace. Le spectre fuit quand les Elétiens viennent au secours de ce qui reste de la délégation. Deux Cavaliers Verts sont à compter parmi les nombreuses victimes. Les Elétiens ne souhaitent pas coopérer avec le Roi de Sacoridie et la délégation rebrousse chemin, bredouille.

Le retour à la cité de Sacor est douloureux. Karrigan doit faire de nombreuses fois le récit tragique de cette nuit là et de leur périple de retour. Elle est convalescente pendant un long moment et sombre dans l’ennui le plus total. Le seul événement qui rompt enfin la monotonie de ce passage intervient quand elle doit faire face aux taquineries de son capitaine. Elle l’oblige à suivre les enseignements de Drent, le maître épéiste des Armes, suite à une mésaventure avec lui et son Souverain.
Puis les choses de dégradent brusquement. Des rumeurs inquiétantes émanent du Royaume. Des histoires de spectre et de magie dégénérée : des bosquets qui se changent en pierre, des manifestations climatiques improbables, puis ce sera des armures se mouvant elle-même, des endroits qui disparaissent… C’est à ce moment-là que les Cavaliers Verts se rendent compte que leurs broches ne fonctionnent plus comme avant. Nombre d’aptitudes sont biaisées, d’autres déformées. Le Capitaine Stèle est envahie par les voix de sa broche et sa capacité à deviner le mensonge lui coûte une grave faute envers le royaume : elle a permis l’insubordination du Seigneur d’Ivary. Le Roi est en colère contre elle et elle s’abandonne à un abîme de folie. La gestion du drôme des cavaliers revient à Mara et Karrigan. Mais elles ne sont pas formées pour ces taches et elles se sentent rapidement usées, dépassées.

Karrigan n’est pas aidée dans sa tâche par de nombreuses visites de la Première Cavalière qui tente de lui transmettre un message. Puis par sa broche se met à la faire voyager dans le temps. Elle ne se contente plus de la rendre presque invisible dans l’espace, elle lui fait également traverser les voiles du temps. Elle assiste à de nombreuses scènes historiques, finit même par communier avec le corps blessé de la Première Cavalière lors d’un bataille, mais cela lui coûte très cher à chaque fois. Elle se sent emplie de glace et très affaiblie. Suite à cette communion, qui a lieu lors d’une rare mission qui lui est confiée, elle est captive d’un groupe d’Elétien pendant une période indéfinie. Ils lui révèlent beaucoup de choses sur ce qui se passe : les perturbations dans la magie sont causées par la brèche dans le mur d’Yer. Il convient de le réparer, mais elle, Karrigan, la Galadheon, est pervertie par la magie sauvage à cause de ses démêlés passés avec l’Homme Gris. Elle peut donc causer la perte de la Sacoridie en répondant aux pouvoirs de l’engeance qui sommeille dans la Forêt du Voile Noir. Karrigan comprend que sa vie est en sursis et que les Elétiens n’hésiteront pas à l’abattre si elle représente le moindre danger. Elle a le privilège de regarder à travers le miroir de la Lune pour appréhender son avenir et les possibles.

Alors que Karrigan est retenue lors de sa mission, les baraquements des Cavaliers subissent l’attaque de deux spectres comme celui qui a été libéré du tertre au début du roman. Ils cherchent Karrigan mais ne la trouve pas. Leur terreur assaille Mara qui se défend avec les flammes que lui permet de convoquer son aptitude. Elle réussi à piger le spectre qui l’attaque dans les flammes, mais elle subit elle-même de graves brûlures. Elle ne s’en sort in-extremis que grâce à l’intervention du Capitaine Stèle que l’autre spectre a laissé libre de ses mouvements en prenant la fuite. Gravement blessée, Mara ne se relèvera pas de sitôt. De plus, un cavalier a péri dans l’incendie… Le drôme vit vraiment de tristes jours. Le Roi assigne d’autres quartiers aux Cavaliers pour les soutenir. Mais la perte de leurs logements, d’un des leur, encore une fois, et l’état critique de Mara sont un ensemble de choses qui vont affecter le moral de tous. Puis vient une nouvelle terrible : le Cavalier Alton d’Yer aurait péri dans la forêt du Voile Noir en essayant de réparer le mur.

Le Capitaine Stèle continue à s’enfermer. Il ne reste donc plus que Karrigan. Elle côtoie de plus en plus le Roi pour assurer les fonctions du Capitaine Stèle. La proximité avec le Souverain fait naître en elle certains sentiments qu’elle ne peut s’avouer. Dépassée par les événements, elle tente une nouvelle fois de raisonner le Capitaine. Cela semble sans succès. En essayant de remplir son devoir, la jeune fille est attaquée par une confrérie qui se fait appeler le Second Empire. Constituée des descendants des généraux de l’Empereur Alessandros (celui qui est devenu Mornhavon l’Obscur) ils veulent profiter du réveil du Voile Noir pour accomplir leur dessein : rétablir l’empire. L’une de leurs missions consiste à livrer la jeune fille au Voile Noir. Karrigan leur échappe grâce au concours des spectres qui hantent les souterrains des châteaux.

Aidée par un défunt Cavalier qui portait sa broche autrefois, le Capitaine Stèle sort de son enfer personnel. Elle échange avec Karrigan et il leur apparaît à tous vital que les Cavaliers se rendent au mur d’Yer pour informer le roi de ce qui se trame et essayer de retrouver Alton que Karrigan croit vivant. Ils obtiennent le droit de partir pour le mur.

Alton n’est pas mort. Il a été jeté à bas de la brèche dans le mur par un membre du Second Empire qui ne souhaitait pas que le Seigneur puisse réparer le mur. Cela aurait endormi à nouveau le Voile Noir. Il s’est enfoncé dans la forêt et est tombé sous l’emprise d’une fièvre atroce et surtout d’un esprit puissant. La sentience qui hante les lieux le manipule pour espérer faire tomber le mur. Elle lui fait apparaître Karrigan qui lui apprend une chanson que le Seigneur d’Yer doit chanter au mur. Il croit que cela le sauvera mais c’est le contraire qui se produira si la sentience mène son plan jusqu’au bout. Alton suit donc les conseils pervertis de la sentience et gagne la Tour des Cieux. Il y rencontre la projection d’un mage qui garde la tour et se trouve en ce lieu pour aider les gardiens du mur. Il lui montre comment communier avec le mur. Mais une fois cela accompli, Alton commence à chanter le chant fatal.

Les Cavaliers ont gagné le mur. Au cours du voyage, l’esprit de Karrigan s’est couvert de brume. Elle est hantée par la sentience qui peut l’habiter grâce à la souillure de la magie sauvage qu’elle porte en elle. A ce stade du récit, on a compris que la sentience était l’âme de Mornhavon l’Obscur que le mur retenait avant qu’il ne soit affaibli. On a aussi pris connaissance de ce qui l’intéresse chez Karrigan : elle est la descendante d’Hadriax, le fidèle ami de Morhavon avant qu’il ne devienne maléfique. Hadriax l’a trahi et à aider la Ligue à renverser son règne. Dans cette histoire, la Première Cavalière a joué un rôle important. Mornhavon est donc doublement motivé à pervertir Karrigan : il peut ainsi se venger d’Hadriax et s’opposer à la Première Cavalière qui, jusqu’alors, protégeait Karrigan.

Karrigan n’est donc plus elle-même. Elle ne défend pas ses compagnons quand ils sont attaqués par le spectre qui a survécu à l’assaut nocturne dans la cité de Sacor, ni quand des blattereux et un avien viennent en renfort. Non. Elle s’enfonce dans le forêt, s’accrochant au maigre espoir qu’elle a fomenté lorsque la Première Cavalière a tenté de prendre contact une dernière fois avec elle. Elle s’est alors rendue compte du trouble dans lequel elle se trouvait à cause de la sentience. Pour la sauver, elles ont imaginer un plan… L’esprit de Mornhavon s’empare à nouveau d’elle et lui fait miroiter les tourments qu’il va lui infliger. Soudain, la broche de Karrigan la fait voyager dans le temps, emportant avec elle Morhavon. Mais ce n’est pas vers le passé qu’elle va cette fois. Elle va vers l’avenir, en un point où la Première Cavalière l’attire. Là-bas, la Première Cavalière possède le corps de Karrigan et la débarrasse de Mornhavon. Elle repart dans le passé, laissant leur adversaire dans un futur inconnu en vue de laisser le temps à la Sacoridie de trouver un moyen de l’affronter. Mais leurs tourments ne sont pas terminés. Karrigan est blessée, perdue dans le Voile Noir. La Première Cavalière la guide jusqu’à la tour des Cieux. Là-bas, un Elétien tente de prendre la vie de Karrigan mais la manque. Il part, la laissant pour morte. Dans cette Tour, Alton se rend compte que son chant détruit le mur mais il ne sait pas comment inverser le processus. C’est son cousin qui se sacrifie, devant une âme dans le mur, tentant d’inverser les choses.

Les Cavaliers retrouvent Karrigan et Alton. Ce dernier ne sait pas que la sentience l’a bercé d’une illusion et traite Karrigan comme une ennemie. Il reste à D’Yer tandis que les survivants rentrent à Sacor. La découverte d’anciens artefact de la Première Cavalière redonne espoir d’un mieux au drôme et ouvre des vocations : l’Appel retentit et amène au drôme une nouvelle recrue. Karrigan apprend que l’esprit de la Première Cavalière va devoir payer auprès des dieux les actes qu’elle a commis pour l’aider car ils lui étaient interdits. Elle ne doit pas espérer avoir plus en sa présence que ces objets du temps passé, les visites de l’esprit n’auront plus lieu.

Le Roi règle ses démêlés avec le Seigneur d’Ivary et accorde même une ouverture pour un mariage avec une jeune femme. Tout semble aller beaucoup mieux pour la politique du Royaume. Mais personne n’est dupe. La confrérie du Second Empire est toujours une menace. L’esprit de Morhavon les attend quelque part dans le futur. Et puis il a les aspirations personnelles qui entachent le tableau : le Roi aime Karrigan mais cette dernière repousse ses avances, blessée par la perspective qu’il se marie avec une autre. Rien n’est donc simple qu’en apparence et il y a encore trois tomes pour régler tout cela…

Un autre point est à mentionner, que j’ai laissé dans l’ombre jusqu’à présent : la découverte du Journal d’Hadriax. Une copie du manuscrit est donné à Karrigan à la fin de l’oeuvre. Mais le lecteur a pu considérer nombre de ses pages entre les chapitres du roman. Très intéressant, il éclaire peu à peu l’histoire de l’Empire, d’Alassandros  et d’Hadriax, de la Ligue et des premiers Cavaliers Verts. Et il révèle à Karrigan son ascendance. Elle est l’héritière d’Hadriax Galadheon, celui qui a trahi l’Obscur et permis à la Sacoridie de se libérer du joug de l’Empire.

Avis personnel :

J’ai eu du mal à entrer dans le récit ! Mais ce n’est pas la faute du roman. C’est la faute au laps de temps que j’ai laissé s’écouler entre ma lecture du tome 1 et celui-ci. Je me suis donc heurtée à la frustration d’aller devoir chercher au fond de ma mémoire les pièces du puzzle pour aborder certains points du récit. C’est donc de ma faute.

D’un point de vue objectif, c’est un bon roman, massif et complet qui prend le temps de poser les bases de son intrigue avant de tout déchaîner en un tourbillon d’aventures auquel on ne peut pas résister.

Suite à l’attaque de la délégation, on ressent une dépression dans le rythme du récit. Tout est lent mais intéressant. On assiste à la déconfiture du drôme et du royaume, à la prise de responsabilité de Karrigan et ses démêlés avec sa magie. Cette période est entrecoupée de focus sur le mur d’Yer et la sentience, ce qui ne cesse d’aviver la curiosité et nous fait nous poser une question : quel est le lien entre tout cela ? Puis tout s’accélère : l’attaque des spectres, le Second Empire, les actes d’Alton, la chevauchée vers le mur, la communion avec la Première Cavalière, le dénouement. Un bon moment de lecture qui va en croissant du début à la fin.

Concernant l’univers il est toujours aussi attrayant. En soi peu de choses nouvelles sur la trame de fond : les Elétiens, le mur, les engeances, les Cavaliers, la magie prohibée mais nécessaire. L’ajout original qui donne corps au roman concerne donc l’histoire d’Hadriax et de Mornhavon qui conditionne le présent de nos personnages. On retrouve donc des bases connues et solides, mais avec un ciment différent qui permet au lecteur de ne pas se lasser.

Si je conseille cette lecture ? Bien évidemment !

____________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Kristen Britain. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cavalier Vert – Tome 2 : La Première Cavalière – de Kristen Britain

  1. Ping : Lectures du mois d’Août 2015 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s