Sorceleur – La saison des orages – Andrzej Sapkowski

Dès que j’ai appris qu’un nouveau roman sortait sur l’univers du Sorceleur – largement rendu populaire dans le milieu de la Fantasy par le jeu vidéo intitulé The Witcher en son troisième opus – je me suis précipitée dessus ! Ce fut une lecture divertissante, agréable et plaisante ; un retour bienvenu dans cet univers qui m’avait manqué.

1505-sorceleur-saison_org

Quatrième de couverture :

On a volé les fameuses épées du Sorceleur ! Et il en a plus que jamais besoin : une intrigue de palais se trame et le prince de Kerack a requis l’aide de Geralt. Mais ce dernier va devoir déjouer les manœuvres d’une belle et mystérieuse magicienne rousse avant de partir à la recherche de son voleur. Heureusement, son fidèle compagnon barde Jaskier lui sera d’un précieux secours, de même que son nouvel ami, le nain Addario, pour affronter les dangers qui l’attendent.

Avis personnel :

J’ai retrouvé dans ce livre tout ce que j’avais apprécié dans les 7 tomes de la saga (articles disponibles dans la section Andrzej Sapkowski parmi les auteurs de Fantasy).

Parlons d’abord du style. J’apprécie cette façon de narrer les choses avec un talent certain, alliant tantôt la subtilité à l’humour, tantôt le terre-à-terre avec le rire, tantôt la poésie avec la gravité. Tout cela appuyé sur un style fluide et une capacité à narrer les choses de manière fluide, rapide et efficace.

Je reviens sur quelques procédés de narration que j’avais analysés dans les autres tomes. Là aussi l’auteur propose une narration disloquée qui répond efficacement à l’envie première de mettre en place un puzzle auprès du lecteur qui suit l’énigme de l’intrigue. Mais de manière plus implicite, certaines de ces fragmentations entre personnages, lieux, et époques tendent à ramifier le récit pour le relier à un ensemble que l’on imagine plus vaste, à une réalité (fictive bien sûr, ne nous méprenons pas sur le sens que je donne à ce que je dis) plus tangible que ce que peut offrir la fenêtre qu’est le roman en lui-même. J’apprécie cette manière de mener le récit.

Outre la forme, plongeons-nous dans le fond. Une intrigue simple d’abord qui se ramifie ensuite en plusieurs sous-intrigues qui finissent toutes par aboutir à la résolution de la première. Les épées du sorceleur sont volées, voici le point de départ. Mais cela va aussi mener Geralt à entrer dans les affaires des magiciens, dans les soucis de la succession du trône de Kerack, dans les affaires d’un équipage coupable d’un meurtre, par exemple. Chaque étape de l’histoire est intéressante et à aucun moment je ne me suis ennuyée.

Bien sûr, la magie du roman est aussi opérée par le charismatique Geralt de Riv, toujours aussi complexe et mystérieux, mais pourtant familier. J’avais l’impression de retrouver un vieil ami et, sincèrement, beaucoup de passages m’ont paru naturels ou attendus. Parmi les personnages, on retrouve bien entendu Jaskier. Outre cela le personnel est totalement nouveau… Une magicienne, Corail, qui vient harponner le sorceleur dans ses filets. Mais lui n’a pas oublié Yennefer à laquelle il pense toujours et dont il est fait mention à plusieurs reprises (Cela dit je n’ai pas réussi à retrouver entre quels épisodes des 7 tomes replacer celui-ci… Mes souvenirs étaient trop vagues pour trouver des indices assez marquants). Un roi, des héritiers en mal de pouvoir, des juristes, des magiciens, des monstres. L’action se déroule Kerack, un royaume indépendant de la Témérie et de la Rédanie. Géralt est amené à voyager, mais le coeur de l’intrigue est là-bas, en pleine saison des orages. Les orages étant une sorte de fil conducteur par rapport aux événements qui se produisent.

Bien entendu, comment parler de cet univers sans revenir sur les réflexions plus sérieuses qu’il peut inspirer à travers sa fiction ? Ce que j’avais déjà mentionné dans les autres tomes se retrouve ici. On a un tissu de sujets qui peuvent donner à réfléchir sous le couvert de la fiction : les conflits raciaux, l’affrontement entre l’humanité et de la monstruosité… Ils se trouvent dans les passages qui prêtent à voir l’aberration de l’homme qui rejette les monstres mais qui en est un, ou bien les passages qui dénoncent les préjugés raciaux (mis en scène par la présence des ‘races’ classiques de l’univers fantasy : elfes, nains, hommes, sang-mêlés). Tout est parsemé dans l’oeuvre. Je tiens à faire mention également de la critique légère envers la méthode scientifique des magiciens. Ils vont ‘trop loin’ par rapport à ce que la nature peut donner simplement. Bien entendu, je rappelle que ces réflexions sont comme un arrière-plan au récit. Je les prends comme telles parce que j’ai envie de les voir, mais on peut très bien lire le Sorceleur en ayant uniquement envie de se détendre.

J’ai également apprécié les liminaires avant les chapitres. Ils mêlent des extraits de la littérature classique à des citations de textes inventés par l’auteur. C’est presque un jeu de deviner pourquoi on trouve un extrait de Richard II de Shakespeare en liminaire de tel chapitre, et un extrait de Théorie et pratique de l’utilisation des portails de téléportation dans tel autre. Outre cela, trouver des références classiques dans un texte de Fantasy est surprenant… et agréable !

Une bonne lecture que je conseille aux passionnés de cet univers.

_____________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans Andrzej Sapokowski, AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sorceleur – La saison des orages – Andrzej Sapkowski

  1. Ping : Les lectures du mois de Juin 2015 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s