Havrefer – Tome 1 : Le Héraut de la Tempête – Richard Ford

Je ne sais pas encore si j’ai réellement aimé ce livre… Je ressors de cette lecture sans avoir été transportée comme je peux l’être dans d’autres ouvrages. Je n’ai pas au sortir de cette lecture cette excitation signifiant que j’ai passé un moment inoubliable, formidable, divertissant au plus haut point. Je suis rarement aussi indécise sur mes impressions de lectrice. Ca ne veut pas dire que le livre est mauvais, c’est seulement que d’un point de vue personnelle je ne suis pas entrée dans l’histoire totalement… J’ai passé de bons moments parfois, mais j’ai également ressenti une certaine longueur et un côté laborieux à autres moments…

Quatrième de couverture

Capitale portuaire des Etats Libres, Havrefer était jadis un symbole de puissance. Mais le Roi est parti en guerre et la ville pourrit de l’intérieur. Profitant de la fragilité du pouvoir, le seigneur de guerre Amon Tugha approche. Son héraut s’est infiltré dans la cité pour recruter une pègre redoutable, tandis qu’un mystérieux sorcier terrorise la population en commettant d’atroces sacrifices.
Alors que l’ombre du chaos se profile, un groupe inattendu se forme : un mercenaire, une jeune mendiante, un apprenti magicien, une princesse et un assassin vont s’allier ou s’affronter au sein des murs de la cité… sans savoir encore que chacun d’eux a un rôle-clé à jouer dans le destin de Havrefer, qui s’annonce sanglant.

havrefer

Avis personnel

Je rappelle que cet avis est personnel. Ce que j’ai ressenti face à cette oeuvre n’est peut être pas ce que vous avez ressenti. Je vais tenter d’y expliquer mon sentiment mitigé sans non plus renier les qualités de l’oeuvre qui existent réellement.

Les plus…

Havrefer présente un univers solidement bâti et réfléchi. On sent bien que l’auteur n’a projeté qu’une infime partie d’un grand tout pensé et on ressentirait presque l’existence tangible de cette cité. J’ai beaucoup aimé ce côté-là, il rend crédible ce qu’on lit. L’écriture est très immersive et on se représente sans mal tout cela. Le lecteur peut pénétrer dans ce monde facilement.

La volonté de montrer cet univers sous le regard prismatique de nombreux personnages est donc un plus dans le sens où on a un aperçu plus grand de tout ce qui compose cet univers. On peut poser son regard sur les égouts où règnent la terrible Guilde, de même que sur l’endroit où les magister enseignent la malegie, jusqu’au palais où est captive la Princesse qui doit faire face au pouvoir qui découle de son rang… Je reviendrai pourtant sur cette galerie de personnages dans les ‘moins’, car son traitement a été pour moi une limite autant qu’une ouverture dans ce qu’à pu en faire l’auteur.

J’ai également apprécié l’intrigue dans sa globalité. J’ai accroché rapidement à certains personnages et leurs affaires personnelles, qui se rejoignent parfois, m’ont donc intéressée et touchée. Ce sont ces moments-là qui me font aimer ce livre et ce sont ces coups de coeur là qui me font me dire que, malgré le sentiment mitigé que j’en retire, je n’ai pas perdu mon temps.

Les moins…

La mise en place de l’action est très longue ! Les premiers chapitres se succèdent en nous présentant à chaque fois des personnages différents, ne les rejoignant pas ou que peu. Les enjeux les entourant ne sont que vaguement esquissés. En somme cela permettrait de poser leur psychologie de façon bien assise, mais au final on se retrouve à lire le prologue en plus des 7 premiers chapitres sans avoir eu une amorce immédiate et captivante, sans qu’un retour soit fait sur l’un des personnages… et ça en devient très long… Au bout du quatrième protagoniste ma curiosité était émoussée… Au bout du huitième vous imaginez mon désarroi… Je tiens également à dire que j’ai trouvé la construction psychologique des personnages souvent fastidieuse et lourde, l’auteur s’emmêle souvent dans ce qu’il essaie de montrer plutôt que de mener ça de façon fluide et attractive… J’ai souvent failli décrocher au milieu de ces réflexions, surtout lorqu’elles concernaient les personnages que je n’ai pas réellement aimé.

Cette remarque en amène une autre : toute la galerie de personnage ne m’a pas séduite. Il en faut pour tous les goûts, et en somme je rencontre le même problème dans des oeuvres comme le Trône de Fer, n’est-ce pas ? C’est un ‘moins’ plutôt qu’un ‘plus’ car, ajouté au défaut de style que j’ai mentionné ci-dessus, j’ai réellement manqué de décrocher pendant la lecture ! Certains chapitres m’ont paru être construits de longueurs, et ne provoquaient plus le plaisir de la lecture. Cela est lié à un autre problème – car mon affinité avec les personnages n’est pas la seule cause – il faut aussi signaler le rythme particulier du roman. L’ennui m’a gagné souvent parce qu’il n’y avait pas de rythme auquel je pouvais me raccrocher, pas réellement d’action pendant longtemps. Au début du livre elle est totalement inexistante. Elle apparaît ensuite, entrecoupée de temps morts qui m’ont semblé inappropriés. Mais ce n’est qu’une impression personnelle.

Retour global 

Mes personnages préférés sont  :
-Janessa
-Rivière
-Kaira
-Waylian

Les personnages qui m’ont ennuyée :
– Loque
– Nobul
– Le fils de Nobul

On remarque qu’il y a donc une plus grande part de l’intrigue qui m’a plu puisque les personnages qui m’ont ennuyée sont en infériorité numérique. Maintenant seul le temps me dira si c’est une lecture qui va rester marquée en moi ou si au contraire, elle disparaîtra dans les limbes de ma mémoire. La communication éditoriale autour du tome 2 devrait beaucoup jouer également sur mon envie de poursuivre…

En somme il y a du bon, du moins bon et mon avis final est mitigé. Les points forts (un univers élaboré et théâtre d’une intrigue globalement substantielle) côtoient les points faibles (le rythme du récit et le style de l’auteur en matière de psychologie des personnages) qui ont failli me faire décrocher . C’est donc un bon livre mais il faut savoir accepter ses défauts pour en tirer une satisfaction.

_____________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Richard Ford. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Havrefer – Tome 1 : Le Héraut de la Tempête – Richard Ford

  1. Ping : Les Lectures des mois d’Avril et de Mai 2015 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s