Les Cités des Anciens – Tome 6 : Les pillards – de Robin Hobb

Les Cités des Anciens
Tome 6 : Les pillards
de Robin Hobb

Entre événements attendus et promesses formidables, ce sixième tome est un pur moment de lecture que je tiens à partager.

Quatrième de couverture :

Dans la fabuleuse cité de Kelsingra, Alise consigne pour la postérité toutes les merveilles qu’elle découvre, car elle sait qu’une fois le monde informé de ces trésors, plus rien ne sera comme avant. Déjà des rumeurs courent dans le Désert des Pluies. Aventuriers, pirates et chasseurs de fortune accourent pour piller le lieu, y compris le mari d’Alise… Qu’est devenue Tintaglia, la grande dragonne bleue, à l’heure où sa présence est le plus nécessaire ? A-t-elle abandonné son bien-aimé Selden et les dragons mal nés ? Ou reviendra-t-elle aussi s’approprier les merveilles de Kelsingra ?

ca6

Résumé :

A Kelsingra les gardiens vivent avec l’espoir que leurs dragons parviennent enfin à voler. Sintara y parvient et, malgré une chute désastreuse dans le fleuve, elle gagne la cité. C’est elle qui réveille la magie des lieux, là où les souvenirs ataviques de Gringalette faisaient défaut. La dragonne rouge et la dragonne bleue profitent de la chaleur de la salle des bains pour grandir et forcir de manière spectaculaire. Kanaï et Thymara en profitent aussi. Ils se muent plus précisément en Anciens et se livrent à l’amour que la jeune femme refusait jusqu’alors. Ils n’oublient pas leurs camarades encore coincés de l’autre côté et leur rapportent des vêtements Anciens pouvant leur tenir chaud. Alise s’offusque qu’ils aient osé piller la cité de la sorte. Kanaï la renvoie à son statut d’humaine et lui assène une vérité qui va la bouleverser : Kelsingra n’est pas pour elle, mais pour les Anciens. C’est un lieu pour leurs dragons et elle n’y a pas sa place hormis en tant qu’observatrice. Cette vérité bouleverse la jeune femme.

A Cassaric, Malta l’Ancienne est sur le point d’accoucher lorsque Leftrin arrive avec Mataf pour récupérer les salaires promis à l’expédition et charger de quoi ravitailler la colonie. Il fait face à l’avidité du Conseil et lorsqu’il dénonce un complot Chalcédien, les choses ne tournent pas comme prévu. Il garde par devers lui les informations concernant Kelsingra, et le Conseil bloque son salaire.
Le capitaine de Mataf accepte de révéler ce qu’il sait à Malta l’Ancienne et son époux Reyn. Seulement la jeune femme se fait enlever alors que le travail commence. Des Chalcédiens veulent la découper en morceaux et faire passer sa peau écailleuse pour de la peau de dragon auprès de leur maître, le duc de Chalcède. Elle tue l’un de ses ravisseurs tandis que l’autre est absent. Elle gagne péniblement le Mataf avec son nourrisson. La vivenef lui donne asile et permet à son enfant chétif de vivre mais il lui révèle que seul un vrai dragon pourra le modifier pour qu’il devienne viable… Le Désert des Pluies l’a trop fortement marqué. Leftrin accepte de les escorter jusque Kelsingra. Ils partent sans les salaires, la vivenef alimentée par la famille de Reyn. A leur bord de nouveaux passagers : Malta, Reyn, sa soeur et l’enfant.

De son côté Hest se voit pressé par son père de partir à la recherche de Sédric. Il ignore tout de la visite d’un tueur Chalcédien chez son fils, il ne voit que le profit que peuvent lui rapporter Alise et Sédric s’il revendique la part qu’ils ont dans la découverte de Kelsingra. Hest finit par partir pour ce long périple, pressé par son père et le tueur qu’il ne parvient pas à faire éliminer.

Tintaglia abandonne son compagnon pour regagner le Désert des Pluies. La blessure qu’elle a reçue lorsque des Chalcédien les ont attaqués ne guérit pas. Elle souffre et sait qu’elle a besoin de ses Anciens pour la soigner. Elle gagne donc le Désert des Pluies, laborieusement.

Avis personnel :

On sent que l’auteur tente de tirer les fils de ses personnages vers Kelsingra où tout va se dénouer. Ce tome-ci est moins statique que le précédent étant donné qu’on a enfin accès à des passages clefs qu’on était en droit d’attendre : la confrontation de Leftrin au Conseil des Marchands, le vol de Sintara et la liaison entre Kanaï et Thymara. De même, le tome ménage des attentes qui renouvellent le plaisir de la lecture : le voyage de Hest, le devenir de l’enfant de Malta, le retour de Tintaglia.

Le récit capte toujours l’attention de son lecteur et laisse présager un dénouement intéressant dans les deux derniers tomes. C’est avec plaisir que je lirai la suite.

__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Robin Hobb. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Cités des Anciens – Tome 6 : Les pillards – de Robin Hobb

  1. Ping : Lectures du mois de Mars 2015 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s