Les Cités des Anciens – Tome 4 : La décrue – de Robin Hobb

Les Cités des Anciens
Tome 4 : La décrue
de Robin Hobb

De plus en plus difficile, le voyage avec les dragons et leurs gardiens se poursuit. Ce tome est aussi captivant que les précédents et c’est avec plaisir que je vous présente cette lecture !

Quatrième de couverture :

A la suite de la crue catastrophique qui a frappé l’expédition vers la cité légendaire des Anciens, les survivants se retrouvent et s’efforcent de reconstituer un groupe cohérent, malgré les disparitions ; de nouvelles relations se forment, inattendues ou inespérées, d’autres poursuivent une évolution cahoteuse et malaisée, comme les dragons malformés qui continuent de grandir et de rêver de devenir un jour les maîtres du ciel, de la terre et de la mer.

ca4

Résumé :

Kanaï et Gringalette sont toujours portés disparus. L’expédition se poursuit. Le quotidien des gardiens et de l’équipage se dégrade et certaines ressources commencent à manquer.

L’heure des confessions a sonné. Sédric révèle enfin à Alise la farce de son mariage avec Hest. Il lui apprend la relation qu’il entretenait avec son mari. Il blesse ainsi la jeune femme qui se sent trahie. Il ne s’arrête pas là et la met en garde contre Leftrin qu’il accuse de se servir d’Alise. En effet, il le croit de mèche avec les trafiquants d’extraits de dragon comme Jess lui avait dit avant de mourir.
Leftrin est bien entendu innocent. Si les marchands Chalcédiens avaient essayé de lui forcer la main avant son départ, il n’a jamais voulu tuer et vendre les dragons. Alise accepte de le croire et se livre entièrement à son amour pour le rude marin.
Sédric finira par lui avouer que ce dont il avait accusé Leftrin, il avait essayé de le faire lui-même. C’est d’ailleurs ce qui l’avait mené à consommer le sang de Relpda. Leur amitié souffre grandement des coups bas de Sédric.  Ce dernier finit par accepter la liaison d’Alise avec Leftrin et lui-même se rapproche de Carson, le chasseur qui l’avait sauvé de son radeau de branchage. Ainsi les deux amis se pardonnent et décident d’aller de l’avant.
Sédric accepte les transformations que lui impose sa dragonne malgré ses peurs. Relpda la cuivrée est en train de le transformer en Ancien, tel que le font d’autres dragons à leurs gardiens.

Le fleuve finit par former un embranchement. Mataf, la vivenef de Leftrin, s’enlise volontairement dans un banc de sable pour forcer les dragons à faire demi-tour. D’après les souvenirs ataviques de la vivenef, ils s’étaient dirigés dans le mauvais embranchement. Le bateau révèle sa véritable nature, qui n’était alors connue que de son équipage. Mataf se fait guide de l’expédition. Ils ne doivent pas suivre l’embranchement acide du fleuve. Ils doivent s’engager dans l’autre, cours d’eau claire bien moins navigable. La jungle recule et le paysage change. Le périple est compromis lorsque le groupe parvient dans un vaste marécage où Mataf peut difficilement avancer.

Kalo, le plus grand des dragons, rejette Graffe, son gardien. Il refuse d’en faire un Ancien comme les autres et Graffa a essayé de lui voler du sang. Graffe est au bord du désespoir. Il est en train de changer mais Kalo ne veut pas guider ses changements. Au lieu de devenir un Ancien, il va mourir comme tout être humain touché par les stigmates du Désert des Pluies. Il se déforme de plus en plus et devient faible au lieu de se renforcer comme les autres gardiens. Il décide donc de quitter le groupe et meurt.
Kalo choisit le neveu de Carson comme nouveau gardien. Carson lui-même devient à son tour gardien. Il choisit Crache, le dragon argenté et colérique, qui était seul.

Nul espoir ne subsiste dans le petit groupe. Ils sont perdus au coeur du marécage qui s’étend à perte de vue. Jerd, la compagne de Graffe, perd son enfant avant le terme.
Thymara doit faire face aux transformations que lui impose Sintara. Elle se retrouve dotée d’ailes, excroissances issues d’une blessure qu’elle s’était faite au dos et que la dragonne a influencée. Mais elle ne peut pas voler. Une altercation violente éclate entre elle et la dragonne.

Soudain, un événement inattendu débloque la situation. Gringalette et Kanaï arrivent du ciel ! La dragonne rouge a acquis assez de force pour pouvoir voler contrairement à tous les autres dragons. Elle les guide jusque Kelsingra.

Le groupe est presque arrivé. Ils voient la cité mais doivent encore trouver le moyen de franchir un vaste torrent dangereux pour être sur la bonne rive…

Avis personnel :

Côté intrigue, la motonomie du voyage est brisée à temps par les changements de paysage et l’espoir de parvenir à Kelsingra. Le retournement – le retour de Gringalette et l’assurance de savoir où est Kelsingra – vient à point nommé, au moment où le blocage narratif est mûr.

Les évolutions des relations entre les personnages, qu’il s’agisse d’humain avec des humains, de dragons avec des dragons, ou de dragons avec des humains, concentrent principalement l’intérêt de ce tome. Le décor du voyage se fait le théâtre des rapports qui se filent dans l’expédition. C’est le moment des remises à plat, des décisions catégoriques. J’ai suivi les personnages d’Alise, de Sédric et de Thymara avec intérêt. Thymara surtout, est intéressante. Même si elle semble ne pas vouloir évoluer, on sent qu’elle avance tout de même. Et les transformations imposées par sa dragonne en sont le signe le plus marquant. On sent bien que sa révolte va certainement arriver à son terme et qu’il va peut-être se produire une réconciliation entre Sintara et elle. Peut-être ! C’est une supposition.

Voici donc un tome captivant qui laisse se profiler à l’horizon la possibilité de voir la quête menée à son terme. Sachant qu’il reste 4 tomes dans la version française, j’ai hâte de savoir ce qui demande autant de développement et ce qui va se passer… Même si certains titres parlent d’eux-mêmes… A suivre donc, avec plaisir et envie !

__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Robin Hobb. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Cités des Anciens – Tome 4 : La décrue – de Robin Hobb

  1. Ping : Lectures du mois de Mars 2015 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s