Le Cri de la femme serpent – de Corinne de Vailly

Quatrième et dernier tome, le Cri de la femme Serpent est une conclusion qui joue sur les mêmes tons que ses prédécesseurs. Il parvient à laisser un sentiment de plaisir au lecteur en livrant le fin mot de l’histoire.

mélusine et philémon 4

 

Le père de Philémon meurt sans transmettre à son fils le secret du second anneau de Mélusine, but de sa quête depuis le tome 1. Philémon ne peut pas rester à Hierges pour percer le secret, il doit fuir la haine de sa belle-mère désormais veuve et incontrôlable. Il quitte Hierges et gagne Paris, puis quelques années après, l’Aquitaine.

Grandissant en âge, en force et en sagesse, Philémon parvient à trouver le second anneau. Il quitte sa femme en Occident pour regagner l’Orient. Cela en valait-il la peine ? L’anneau du Diable reconstitué à partir des deux annels de Mélusine n’apporte pas la paix dans la Terre des Promesses. Philémon revient avec les deux morceaux de la relique féérique après un grand nombre de désillusions.

Chez lui, au sein de sa famille, il fait l’expérience de la malédiction de ce don et fait preuve de sagesse en y renonçant…

Avis personnel :

Toujours les mêmes points forts : la légende de Mélusine et surtout de l’un de ses fils dans ce tome, l’immersion médiévale historique et langagière. Le but de la quête enfin atteint met fin à l’attente et apporte son lot de contentement. L’expérience déçue qui module le « happy-end » est bienvenue et apporte une certaine profondeur à la morale de l’histoire.

Les importants sauts temporels permettent de faire grandir Philémon et ne pas provoquer l’ennui. Je ne lui reprocherai donc pas, d’autant plus que l’oeuvre de jeunesse a le souci de ne pas ennuyer son jeune public. Cela a aussi le mérite de rompre l’effet de redondance que j’avais soulevé dans le tome précédent.

Conclusion :

Un cycle sympathique et très facile à lire. Plutôt destiné à un jeune public, on peut tout de même y trouver son compte en tant que lecteur plus âgé. Il suffit de prendre plaisir à suivre la légende de Mélusine et de profiter de l’immersion médiévale.

_________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Corinne de Vailly, La Littérature de Jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s