Le Silmarillion de J.R.R. Tolkien – Chapitre 1 : Au commencement des jours

Entrons dans la cosmogonie du Silmarillion lui-même désormais…

Silmarrillion,_Just_under_the_Cover

Quenta Silmarillion
Chapitre 1 : Au commencement des jours

Pour éclairer leur oeuvre, les Valar dressèrent deux lampes qui déversaient leur lumière sur les Terres du Milieu. Il y avait Illuin au nord et Ormal au Sud. La lumière permit aux semences de Yavanna de germer et de croître. Le monde prospéra et les Valar se permirent un temps de repos. On appelle cette époque fabuleuse Printemps d’Arda.

Melkor profita de leur inaction pour fonder sa forteresse souterraine d’Utumno dans laquelle séjournaient ses monstres et sa malfaisance. Depuis son antre il pervertit le monde créé par les Valar. Il abattit les lampes Illuin et Ormal. Les flammes des lampes brûlèrent profondément Arda et l’oeuvre des Valar fut défigurée à jamais. Ce qui restait du monde fut plongé dans les ténèbres et tout dépérit, végétaux et animaux.

Melkor put s’enfuir et une tâche immense revenait aux Valar : ils devaient sauver Arda pour faire en sorte qu’elle puisse accueillir les Enfants d’Ilùvatar dont l’heure de la venue approchait.

Dans la catastrophe, la demeure des Valar en Terres du Milieu fut détruite et ils se retirèrent à l’Ouest. Dans l’Extrême-Ouest, au pays d’Aman, ils fondèrent la ville de Valimar dans la terre de Valinor. Manwë siégeait sur le mont sacré du Taniquetil, veillant sur les Terres du Milieu depuis ce sommet. C’est en ce lieu que Yavanna chanta et que poussèrent les deux Arbres de Valinor, l’un aux feuilles d’argent et l’autre aux feuilles d’or. Ces arbres répandaient leur douce lumière sur cette contrée que les Valar chérissaient. Seulement, les Terres du Milieu restaient toujours privées de lumière et seules les étoiles de Varda perçaient l’ombre.

La venue des Enfants d’Ilùvatar est proche et les Valar doivent encore refaire d’Arda la matrice capable de les accueillir en déjouant l’ombre de Melkor…

1507-1

Vocabulaire :

Valar : les Ainur qui sont descendus dans Eä pour créer la vision d’Arda.
Yavanna : Valar qui préside à tout ce qui germe, pousse et croît.
Manwë : Roi des Valar, maître des Airs.
Varda : Epouse de Manwë, elle est la Dame des étoiles.
Illuin : Lampe du nord qui éclairait les Terres du Milieu avant que Melkor ne la détruise pour incendier le monde et le plonger dans les ténèbres.
Ormal : Lampe du sud qui éclairait les Terres du Milieu avant que Melkor ne la détruise pour incendier le monde et le plonger dans les ténèbres.
Arda : La Terre.
Valimar : Cité créée dans l’Extrême-Ouest par les Valar après la destruction des lampes et des Terres du Milieu par Melkor.
Valinor : Nom de la terre qui accueille les Valar dans l’Extrême-Ouest après la destruction des lampes.
Taniquetil : Le mont sacré dont Manwë a fait son trône et depuis lequel il veille sur les Terres du Milieu.
Les Enfants d’Ilùvatar : Nom donné aux Elfes et aux Hommes qui doivent bientôt apparaître sur Arda.

Extrait :

[A propos des deux Arbres de Valinor]

L’un avait des feuilles vert sombre, dont l’envers brillait comme l’argent, et il répandait de ses fleurs innombrables comme une inépuisable rosée de lumière argentée qui baignait le sol tacheté d’ombres frémissantes. L’autre avait des feuilles vert tendre comme celles du hêtre nouveau, bordées d’une lisière d’or, ses fleurs se balançaient comme des grappes de flammes dorées, cornes lumineuses qui déversaient une pluie d’or sur la terre, et toute cette efflorescence inondait les alentours de chaleur et de lumière. L’un s’appelait Telperion dans le langage de Valinor, et Silpion, et Ninquelote, et d’autres noms, le second s’appelait Laurelin, et Malinalda, et Culurien, et fut chanté sous beaucoup d’autres noms.

Avis personnel :

Cette entrée en matière n’est pas difficile, éclairée par la lecture des chapitres antérieurs dans l’édition. Bien entendu, il faut avoir en tête ne serait-ce que les noms des Valar et leurs attributs pour éviter de de se perdre, je l’admets.

Je trouve toujours de pure beauté la manière dont tout est décrit. Il y a là une forme de poésie par les images et les termes qui sont associés pour décrire les choses. En témoigne la description des deux arbres que j’ai mis en extrait. Tout est comme ça et c’est un délice à lire.

Illustrations des deux arbres de Valinor :


__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, J.R.R. Tolkien. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Silmarillion de J.R.R. Tolkien – Chapitre 1 : Au commencement des jours

  1. Ping : Le Silmarillion – Sommaire | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s