Valisar – Tome 2 : Le Tyran – Fiona McIntosh

Dix ans après les événements de l’Exil, le Tyran nous entraîne plus loin dans le démêlé entre les Valisar et Loethar. La lecture de ce tome laisse une bonne impression, beaucoup de contentement. Après réflexion ce sentiment de satisfaction est bien plus important que les quelques frustrations engendrées par des points de détail.

valisar tome 2 le tyran

Quatrième de couverture :

Dix ans ont passé depuis que Loethar, le chef de guerre barbare des Steppes likuriennes, a dévoré l’Ensemble Denova avec son armée de mercenaires, avant de s’installer dans le premier de ses royaumes : Penraven. Pensant les héritiers Valisar morts et enterrés, il s’est couronné empereur et ne ménage pas ses efforts pour que son peuple s’intègre à la population de l’Ensemble. Mais renoncer à ses méthodes de persuasion les plus violentes n’a pas suffi à éteindre les braises de la rébellion… car les héritiers Valisar sont toujours en vie.
Protégés par de fidèles alliés, ils sont prêts à tout risquer pour l’avenir de leur royaume, et déterminés à faire couler le sang du tyran…

Avis personnel :

Les qualités que j’avais mis en avant dans l’article précédent sont toujours d’actualité. L’auteure maîtrise bien le rythme du récit, sa narration est toujours aussi immersive, les personnages et ses jeux de révélations et de suspens sont maîtrisés. Je ne reviendrai donc pas dessus, hormis en mentionnant mes coups de coeur :
– La révélation concernant la filiation de Loethar. Je m’y attendais, il y avait quelques indices (le fait qu’on insiste bien sur le fait qu’il ne soit que le demi-frère, le mystère de sa mère sur son père, son obsession pour le sang et le trône Valisar), cette information finale est un bonheur.
– La création du personnage de Vulpan, un paramètre machiavélique à souhait… J’espère qu’on le verra en action dans le tome suivant.
– Ensuite, l’existence parallèle de la Princesse – qui n’est présentée que deux fois – et qui promet de sacrés remous.
– Dans ce tome mon personne préféré est… C’est dur de choisir car chaque personnage recèle quelque chose qui en fait un être à part et admirable. Mais je dirais Freath… C’est paradoxal étant donné qu’il est rapidement mis hors jeu… Mais il a un charisme bien à lui et il continue à impacter les choses même s’il s’est éteint.

Venons-en aux quelques points de frustration qui ont pu être engendré par ce tome 2.

L’auteur gère bien le fossé temporel entre ses deux tomes. Avouons-le c’est plutôt délicat de relancer une action tout en comblant le vide d’information qui affecte le lecteur – et oui, les personnages ont vécu entre les deux pavés de 700 pages ! – Mais de ce côté-là pas de soucis, l’auteure gère très bien ce fossé et sait relancer l’intérêt tout en comblant les lacunes de son lecteur…
Mais pourquoi – oui je me suis demandée souvent pourquoi – se centrer sur des enjeux et des personnages qui ne sont pas ceux que l’on pouvait attendre en ouvrant ce second tome ? Je ne parle pas du prologue qui, par définition, est là pour introduire des éléments nouveaux, ce qu’il fait. Non, je me demande pourquoi aborder le cas de Piven avant de revenir seulement ensuite à Leonel et à Loethar. Pour ma part c’est le destin de ces deux-là qui me préoccupait d’avantage. Et je pense que je serai entrée plus rapidement dans le récit si on avait abordé leurs cas avant celui de Piven…

L’histoire de Piven elle-même est double source d’admiration et de perdition… Cette histoire n’est pas inintéressante, loin de là, mais l’accumulation des non-dits, des ressorts et des semi-révélations qui l’entourent devient largement frustrante au bout d’un moment. Au point où quand je voyais qu’on revenait à lui je me disais ‘oh non pas encore !’.
Je parle d’un caractère agaçant des ressorts narratifs autour de ce personnage… Parce que malgré tout son talent, l’auteure n’en dit pas assez. A l’issue de ce second tome je ne suis pas convaincue de la raison d’être de cet antagoniste et j’ai l’impression que ce qui a été fait de lui est purement arbitraire et sincèrement j’ai peur que la sauce ne prenne pas dans le tome 3. Après je ne demande qu’à voir, mais je suis septique… C’est tellement ‘tiré par les cheveux’ comme on dit.

En soi ce n’est pas une mauvaise lecture, bien au contraire ! Et je ne voudrais pas que le côté négatif que j’ai soulevé prenne le pas sur le contentement apporté par cette lecture. Mais la lectrice que je suis déplore la quantité consacrée à un personnage qui frustre au lieu de combler. J’aurais aimé qu’on fasse quelque chose – plus tôt dans le roman – de Leo et de Loethar. J’aurais aimé que l’intrigue avance du côté de ces Valisar-là. Maintenant je suis consciente que l’auteure a dû faire des choix… et je suis convaincue – du moins j’espère fortement – que quelque chose va être fait de toutes ces bases jetées et laissées en suspens.

A suivre donc…

__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Fiona McIntosh. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Valisar – Tome 2 : Le Tyran – Fiona McIntosh

  1. Ping : Les lectures du mois d’octobre 2014 | Havre de pensées & de mots

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s