Les cités des Anciens – Tome 2 : Les eaux acides – Robin Hobb

Deuxième moitié du tome 1 en version originale, ce deuxième tome, Les eaux acides, est donc la continuation directe de Dragons et Serpents en version française.

les-cites-des-anciens-tome-2-les-eaux-acides

Résumé complet :

Les éléments de l’intrigue se précisent. Le périple des dragons et leurs gardiens – les jeunes de Trehaug qui se sont portés volontaires – est sur le point de commencer. Il ne manque que Leftrin et son bateau Mataf pour les escorter.

Pour arriver à Cassaric, Alise et Sédric ont dû quitter Parangon et prendre place à bord de Mataf. Si Sédric vit très mal ce voyage en compagnie des matelots qu’il juge rustres et infréquentables, Alise de son côté poursuit son aventure. Et même si sa discussion avec la vivenef Parangon a teinté d’inquiétude l’issue de sa rencontre avec les dragons, elle espère tout de même rencontrer les créatures.

Le capitaine Leftrin et Alise nouent une complicité qui inquiète Sédric autant qu’elle lui est incompréhensible. Doublement motivé par le danger qu’il perçoit dans leur relation et par son inconfort personnel, il va tenter par tous les moyens de faire stopper le voyage en montrant à Alise les failles de son espérance. Seulement, la jeune femme se rend seule avec Leftrin auprès du conseil du Désert des Pluies. Elle engage sa signature en tant que spécialiste des dragons pour remplacer l’Ancienne, Malta, au cours du voyage. En effet, Malta – transformée en Ancienne par Tintaglia avant qu’elle ne disparaisse – est enceinte, elle ne peut entreprendre l’aventure.

Alise a pour mission de trouver Kelsingra ou de juger tout lieu pouvant convenir aux dragons comme ultime objectif de ce voyage. Son érudition se montre alors très importante.

A cette nouvelle Sédric est fou de rage car il doit accompagner Alise quoi qu’il arrive pour sauvegarder son honneur au nom de l’ombrageux Hest dont il craint les représailles… et le dédain… car il est lié à lui par bien plus que le devoir d’un serviteur comprenons-nous de mieux en mieux au fil de la lecture, jusqu’à ce qu’un souvenir fixe leur amour secret de manière explicite.

Malgré la rage de Sédric et le trouble personnel d’Alise à l’idée de partir de la sorte, le Mataf largue les amarres. Sédric en vient à décider qu’il essaierai de tirer profit de ce voyage forcé en recueillant des extraits de dragon qui se vendent très chers en Chacèlde.

Thymara et le groupe des gardiens rencontrent les dragons. Thymara choisit de nouer un lien avec Sintara, la grande reine bleue des dragons infirmes. Leur rencontre ne se passe pas bien. Sintara est remplie de rage et d’orgueil. Elle ne juge pas que la jeune fille s’adresse à elle avec assez de respect, voire même pas du tout. Comble de malheur, elle est immunisée contre le pouvoir d’attraction de la dragonne.

C’est Alise qui flattera Sintara comme elle le désire et entretiendra avec elle des conversations privilégiées pour faire avancer ses recherches. Malgré des inimités de départ, le trio Alise-Thymara-Sédric finira par graviter autour de Sintara en s’entendant ensemble.

Sintara se fait appeler Gueule-de-ciel jusqu’à ce que Mecor, le dragon doré et le plus sage des infirmes, révèle son vrai nom à Thymara. Mecor est le nouveau chef des dragons, il a remplacé l’imposant Kalo dans ce rôle lorsque le groupe se met en route.

Dans le groupe des gardiens des tensions règnent. Graffe s’asseoit en chef et tente d’imposer ses règles en manipulant le groupe. Cela donne des inquiétudes à Thymara qui veut refuser sa loi et son emprise. Malheureusement elle est souvent obligée de se plier face à ce retors personnage.

Avant de partir, Leftrin est rejoint par un petit groupe de personnages qu’il ne souhaitait pas revoir. Ce sont des anciens matelots à lui, matelots qui lui font comprendre qu’ils sont au service du Chalcédien qui l’a forcé à conclure un marché avec lui dans le tome 1. Leftrin sent les ennuis arriver et se prépare mentalement à se battre lorsque le moment viendra.

Lorsque les dragons quittent Cassaric, le voyage commence. Ils commencent à remonter le fleuve à folle allure. Lorsqu’ils font leur première chasse leur moral monte en flèche. Mais certains dragons ressentent néanmoins une pointe d’amertume. Leurs proies étaient faibles mais ils ont beaucoup de mal à en venir à bout. Leurs souvenirs ataviques les inondent d’images de puissance qu’ils n’ont pas.

Suite à cela le groupe progresse plus lentement et une routine s’installe. Les gardiens chassent le soir venu pour leurs dragons. Alise et Sédric vont interroger Sintara. Matin et soir, Alise et Leftrin entretiennent de longues conversations qui agacent Sédric. Il va essayer de convaincre Alise de faire demi-tour mais rien n’y fait.

Parmi les dragons, deux sont beaucoup plus petits et ne vont pas bien. En s’improvisant médecin, Sédric parvient à récupérer des écailles de l’Argenté souffrant d’une blessure à la queue. Le Cuivre souffre beaucoup plus, il semble ne pas parvenir à se nourrir. Sédric lui prélève du sang une nuit… et en boit un peu… Le matin venu le Cuivre est aux portes de la mort et le groupe attend le dénouement de son sort avec anxiété tandis que Sédric commence à souffrir d’effets étranges suite à l’absorption de sang de dragon.

A suivre…

Avis personnel :

Ce que j’aimais dans le tome 1 est présent dans ce tome 2 avec cela de mieux que les moins que j’avais soulevé se sont changés en plus. De même, le style est toujours aussi riche et fluide. Robin Hobb est une bonne plume pour une histoire fascinante.

Alise est le personnage qui a ma faveur. Je trouve que Robin Hobb est parvenue à lui donner une profondeur convaincante. Et c’est avec plaisir que je lis son traitement psychologique et ses actes.
Sédric m’énerve quelque peu, mais d’après ce que j’ai compris en furetant sur internet son évolution laisse à présager quelque chose d’épique par rapport à ses pensées actuelles. C’est donc avec une curiosité pressée que j’enregistre ce qu’il est – un personnage avec peu de scrupules finalement – pour mieux savourer ce qu’il va devenir.
Thymara est toujours attachante et j’aime bien ses démêlés avec les machinations de Graffe.
Leftrin est horripilant par moment mais au final on lui pardonne bien ses débordements car il a maintenant un rôle important.
L’apparition de Malta l’Ancienne est phénoménale ! A la hauteur du mystère qu’on met autour des Anciens et de leurs cités enfouies…

Que dire des dragons ? Leur traitement est toujours aussi intéressant et le fait de nous plonger par moment dans la conscience de Sintara permet de varier les plaisirs et de préciser leurs pensées et leur comportement. C’est un plus de taille pour le récit je trouve, d’autant plus qu’on y est plongé plus souvent que dans le tome précédent.

Concernant l’univers en lui-même, ses spécificités se déploient. On en apprend toujours plus, à petites doses, sur le Désert des Pluies, ses habitants, les relations diplomatiques.

__________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Robin Hobb. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s