XIXe siècle – Baudelaire, Rimbaud, Verlaine

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine

Les trois poètes maudits… Trois poètes qui sont liés à la mouvance symboliste du XIXe siècle, ultime étape poétique de ce siècle littéraire très riche. Ils sont assez singuliers pour qu’on leur consacre un article en dehors de celui consacré au Symbolisme lui-même.

Baudelaire (1810-1867)

« Charles Baudelaire est né à Paris en 1821 et il y est mort en 1867. Du Romantisme, Baudelaire hérite la vision du poète en marge de la société humaine, plus près de Dieu (Bénédiction) ou de Satan (Les Litanies de Satan) que du monde terrestre (L’Albatros). Ce refus du monde matériel, notamment de l’univers bourgeois triomphant qui s’impose à la France pendant le 19e siècle, s’incarne dans une imagerie où les mouvements ascendants – élévation symbolisant le spirituel (cf. le thème de l’ange), le mystique et le génie artistique (Les Phares) – s’opposent aux «miasmes morbides» de la Terre (Élévation), à la chute dans le néant (Le Goût du néant) et au poids du Spleen et du Temps (Spleen et La Chambre double). Cette lutte entre le haut et le bas, entre l’Idéal et le Spleen, se poursuivra tout le long des Fleurs du Mal à travers de nouveaux thèmes comme la ville, le vin, le mal et la révolte, pour aboutir à l’ultime espoir, au dernier voyage : la mort. »
(Source : http://www.poetes.com/baud/index.php)

Baudelaire est donc l’auteur des Fleurs du Mal (1857), ouvrage censuré à sa sortie. Le poète cherche à extraire « la beauté du mal » dans ses poèmes. Le recueil comporte plusieurs sections : « Spleen et Idéal », « Tableaux Parisiens », « Le Vin », « Les fleurs du Mal », « Révolte », « la Mort ».
Il a également écrit le Spleen de Paris (paru à titre posthume), un recueil de poèmes en prose qui servent « les mouvements lyriques de l’âme » et « les ondulations de la conscience ».

Concernant son esthétique, Baudelaire est le poète au carrefour entre le romantisme, le Parnasse et le symbolisme. Sa pensée est que « le Beau est toujours bizarre ». Le Beau ne serait pas unique, mais se composerait « de beautés toujours nouvelles, dépendantes de l’époque et du lieu » A l’instar des parnassiens, il accepte que la poésie puisse ne pas avoir, parfois, de mission sociale. A l’instar des romantiques il perpétue l’expression de l’intime et leur aspiration au sublime. En tant que poète symboliste il recherche les affinités entre les sens et le spirituel.

Baudelaire est également un grand critique d’art.

Quelques poèmes de Baudelaire :
« Le cygne »
« Correspondances »
« Alchimie de la douleur »
« L’invitation au voyage »
« La musique »

Paul Verlaine (1844-1896)

D’abord influencé par le Parnasse, Baudelaire ou encore les Romantiques, Verlaine se tournera ensuite vers une poésie plus personnelle, plus proche du symbolisme.
Les Poèmes saturniens (1866) sont des paysages intérieurs, une poésie des sons, des sens, le symbole d’une âme rêveuse.
Fêtes Galantes (1869) marque le début de la décadence de Verlaine. En 1871, il rencontre Rimbaud et part en voyage avec lui. Cela lui inspire Romances sans paroles (1874). Suite au coup de feu dirigé contre Rimbaud, en 1873, Verlaine est emprisonné pendant deux ans. Il tente de se racheter dans Sagesse (1881), œuvre du symbolisme, du mysticisme et du repentir.
Ses derniers recueils sont Jadis et Naguère (1884), Parallèlement (1889), Mes prisons (1893).

Quelques poèmes de Verlaine :
« Chanson d’automne »
« Art poétique »
« Nervermore »

Rimbaud (1853-1891)

Ses premiers vers sont inspirés des poètes qui l’ont précédé, en témoigne « le Dormeur du Val ». En 1871 il se lance dans une poésie plus personnelle avec Poésies. Il fait part de sa « vision » poétique dans la Lettre du voyant.
Puis vient une Saison en enfer, puis Illuminations. Le silence de Rimbaud est l’expression qui marque son arrêt dans la pratique de l’écriture.

Quelques poèmes de Rimbaud :
« Aube »
« Le dormeur du val »
« Oraison du soir »

Sources :

Littérature française, les Grands mouvements littéraires de Carole Narteau et Irène Nouailhac, chez Librio
http://baudelaire.litteratura.com/
http://www.poetes.com/baud/index.php
http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/charles_baudelaire/charles_baudelaire.html
http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/paul_verlaine/paul_verlaine.html
http://www.etudes-litteraires.com/verlaine.php
http://www.etudes-litteraires.com/rimbaud.php
http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/arthur_rimbaud/arthur_rimbaud.html

____________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans 19e - XIXe, Mouvements littéraires, THEORIE LITTERAIRE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour XIXe siècle – Baudelaire, Rimbaud, Verlaine

  1. Ping : Le XIXe siècle – Sommaire | Havre de pensées & de mots

  2. Ping : Baudelaire : petite biographie | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s