La Roue du Temps – Tome 2 : La Grande Quête – de Robert Jordan

La Roue du Temps de Robert Jordan
Tome 2 – La Grande Quête de Robert Jordan

La Grande Quête est le second tome de la Roue du Temps dans le découpage original de la série. C’est également le découpage adopté par la nouvelle édition de Bragelonne en version française.
Ce tome riche en péripéties effectue la transition entre l’intrigue du tome 1 et la complexification des intrigues politiques qui vont faire le sel de la suite de la saga. En somme il est donc intimement lié au reste. Mais je vous rassure, il boucle son intrigue, de sorte qu’il forme un tout en lui-même.

tome2b

Quatrième de couverture :

A peine arrivé à la forteresse de Fal Dara, le jeune Rand n’a déjà qu’une idée en tête : fuir les noirs secrets qu’il a appris sur lui-même. Moiraine, la puissance magicienne qui seule pourrait lui fournir des réponses, l’évite désormais comme la peste. Rand sait qu’il devrait quitter ces lieux, partir où personne ne le connaît et où il ne pourrait faire aucun mal.
Mais il est trop tard : les Aes Sedai l’ont enfermé et son seul espoir d’obtenir de l’aide à présent est Egwene, la femme qu’il pensait épouser un jour… et qui est en train de devenir elle-même une Aes Sedai.

Résumé complet :

Le prologue est le récit d’une convocation par le Ténébreux via le regard d’un dénommé Bors. Dans cette réunion on comprend que différentes factions, différents acteurs du plan du « grand méchant » sont réunis et vont chacun recevoir des ordres. Les suppôts des ténèbres ne savent pas qui est leur voisin. Ils se sont tous dissimulés pour éviter qu’on puisse les reconnaître… Le mal est profondément enraciné et les racines sont désolidarisées pour éviter de tuer l’ensemble si l’une d’elle échouait. Tout ce qu’on sait de Bors, c’est qu’il doit s’occuper de nos trois héros et qu’il est une Cape Blanche dont les emblèmes sont un soleil et un bâton rouge. Il est également question de la Pointe de Toman.

Pendant ce temps Rand se débat avec son envie pressante de fuir Fal Dara pour se protéger des autres et protéger les autres. Le monde ne sait pas qu’il est le Dragon Réincarné, mais il a peur de son secret.
Il tarde trop à exécuter son plan et la Chaire d’Amyrlin arrive à Fal Dara en compagnie d’un grand nombre d’Aes Sedai. Convaincu que c’est pour lui qu’elles viennent, il tente de fuir, mais sans y parvenir parce que les entrées sont surveillées. En proie à une grande terreur, il reçoit sa convocation. Siuan Sanche, l’Amyrlin, sait qui il est. Elle est dans le secret de Moiraine et cherche avant tout à le protéger. Même s’il est dangereux car condamné à devenir fou sous la souillure du saidin, il est le meilleur espoir de l’humanité pour vaincre le Ténébreux lors de la dernière bataille. Elle tenait simplement à le rencontrer pour le mettre en garde et lui offrir la protection de la Tour Blanche.
La tranquillité de Fal Dara est brisée lors d’une terrible nuit. Padan Fain, le limier du Ténébreux qui était autrefois le colporteur qui rendait visite aux garçons à Deux-Rivières, est libéré par de mystérieux alliés. En s’enfuyant il vole la dague qui peut sauver Mat et le Cor de Valère… instrument déniché dans l’œil du Monde dans le tome précédent. Il est vital de le rattraper et de lui reprendre le Cor car, si un suppôt des ténèbres souffle dedans, les héros qui devaient soutenir le Dragon soutiendront le Ténébreux. La Chaire d’Amyrlin charge le seigneur Ingtar de partir en quête du Cor avec un détachement de soldats. Rand, Mat, Perrin et Loial vont les accompagner. L’urgence de la Quête est renforcée par le fait que Mat doit au plus vite gagner la Tour Blanche avec la dague pour se faire guérir du mal contracté à Shadar Logoth.

Tandis que la troupe prend le départ, Egwene et Nynaeve se préparent pour rejoindre la Tour Blanche. Les sentiments que Nynaeve portent à Lan se déclarent mais le Champion refuse de lui donner satisfaction. Il est un homme destiné à mourir selon lui. Malgré son refus, il lui offre sa chevalière du Malkier en cadeau. C’est donc le cœur lourd que Nynaeve embarque sur le fleuve pour rejoindre Tar Valon tandis que Lan et Moiraine partent pour une destination inconnue et semblent abandonner leurs protégés.

Une focalisation sur le capitaine Doman – celui qui avait abrité Rand, Mat et Thom dans le tome précédent – laisse supposer que des événements se préparent. Il est une cible, même s’il ne sait pas vraiment pourquoi. Il suppose que c’est en lien avec sa collection d’objets rares. Décidé à sauver sa peau, il n’effectue pas la commande qu’il était supposé faire et fuit à l’ouest où il se retrouvera aux prises avec les Seanchans. Non seulement on apprendra leur existence de cette façon, confirmant les rumeurs qui sont disséminées dans le texte, mais on saura ce qu’il avait de si précieux à bord…

Alors que Rand déballe un « cadeau » de Moiraine, Mat et Perrin découvrent son secret… ils comprennent mieux son comportement étrange et considèrent également qu’il est important que personne ne sache. Le « cadeau » en question est la bannière du Dragon trouvée dans l’œil du Monde… Cadeau dangereux car il peut valoir la mort de celui qui le possède. Tout le monde ne souhaite pas voir revenir le Dragon.

Un soir, alors que Rand, Loial et un dénommé Hurin – celui qui est capable de sentir le passage de la troupe de Fain – s’endorment sur une pierre étrange, ils sont transportés dans une dimension parallèle et dépourvue de vie à ce qu’il semble… Déconcertés par cet environnement étrange, ils décident malgré tout d’avancer car Hurin parvient à sentir la trace de Fain.
Dans le monde « normal », la troupe ne comprend pas la disparition des trois protagonistes. Perrin décide de prendre le relai du renifleur en s’aidant de son lien avec les loups pour se renseigner sur le passage de Fain et de ses Trollocs. La poursuite du Cor s’effectue donc dans deux dimensions différentes.

Rand continue à être menacé en rêve par Ba’alzamon… Il doit sans cesse repousser le Père des Mensonges qui vient tour à tour lui faire miroiter la facilité qu’il aurait à le servir et les conséquences de son refus de capituler.

Au cours de leur voyage vers Tar Valon, Egwene et Nynaeve suivent les enseignements des Aes Sedai présentes à bord du navire. La Chaire d’Armirlyn en personne vient les instruire à un moment donné. Puis elles découvrent la cité de Tar Valon et commencent le dur métier de novice de la Tour Blanche.

C’est dans le monde parallèle que Rand rencontre Selene, femme exceptionnelle à la beauté surnaturelle. Il la sauve de monstres étranges qui l’avaient encerclée. Elle prétend être noble, issue d’une puissante maison au Cairhien et qu’elle s’est égarée ici. Rand se promet de l’aider à sortir de là et à la raccompagner chez elle une fois le Cor en leur possession.
Le petit groupe parvient à sortir de cette dimension à l’aide d’une d’une autre Pierre-Portail. Expérience glaçante pour Rand qui doit se servir du saidin corrompu – moitié mâle du Pouvoir Unique – pour parvenir à ses fins. Les quatre voyageurs comprennent que le temps était distordu dans la dimension où ils se trouvaient. Ils ont parcouru une longue distance en peu de temps, rattrapant peut-être ceux qu’ils poursuivent, voire même les devançant. Ils décident de les attendre.
Finalement le groupe de Trollocs et de suppôts des ténèbres menés par Fain se montre. Rand et Loial parviennent à dérober le coffre du Cor de Valère de nuit et prennent la fuite avec vers le Cairhien. Cette destination est liée à Selene, mais c’est aussi à la route probable que prendront Ingtar et les autres en suivant Fain qui va désormais les poursuivre.
En chemin ils assistent à des travaux étranges, l’extraction d’une statue datant de l’Ere des Légendes. La vision de cet édifice massif subjugue Rand qui se sent attiré par le Pouvoir Unique à travers elle…

Un petit saut du côté de Moiraine et Lan nous en apprend plus sur leurs recherches. Mais leur tranquillité n’est que de courte durée. Moiraine est attaquée par un Draghkar qu’elle n’a pas senti arriver car il était protégé… ce qui signifie qu’une Aes Sedai a œuvré… L’Ajah Noir se manifeste et la sœur Bleue décide qu’il est temps de repartir sur les routes.

A la Tour Blanche, Nynaeve passe très rapidement le test pour devenir une Acceptée. La Chaire d’Amirlyn lui fait cette faveur d’abord parce qu’elle est plus âgée que la plupart des novices, mais surtout parce que malgré son blocage dans la maîtrise de la saidar – moitié femelle du Pouvoir de l’Unique – elle est très puissante et ne peut pas rester au rang de novice longtemps. Le récit des trois étapes de sa mise à l’épreuve est très intéressant.
Peu après ce moment, Egwene rencontre Elayne, la fille héritière d’Andor qui est elle aussi une novice. Elles papotent en compagnie de Min, et le sujet glisse vers Rand qu’elles ont toutes les trois rencontré à un moment donné. Egwene apprend qu’Elaida, une sœur Rouge, s’intéresse à Rand de près… ce qui n’est pas bon signe pour lui puisque les hommes canalisant le pouvoir sont traqués par cet Ajah. Egwene fait également la connaissance de Gawyn et Galad, les deux frères d’Elayne qui sont formés aux armes à Tar Valon. La jeune paysanne tombe sous le charme de Galad.

Enfin arrivé à Cairhien, Rand apprend que Thom Merrilin est vivant. Il s’empresse de lui rendre visite et le trouve en charmante compagnie. Thom le met en garde contre la cité et les puissantes maisons qui la gouvernent. Il refuse de l’aider à protéger le Cor. Malgré la valeur de l’objet, il ne veut pas être mêlé aux plans des Aes Sedai.
A son retour, Rand et Loial essuient une attaque de Trollocs. Ils s’enfuient chez les illuminateurs et sèment les monstres en provoquant la pagaille chez les artificiers. Mais le Cor de Valère a été de nouveau dérobé…

Toujours cheminant avec la troupe d’Ingtar, Mat et Perrin rencontrent un Aiel. Membre d’un peuple qui a la réputation d’être cruel et sanguinaire depuis la Guerre des Aiels, l’individu est abordé abruptement par les guerriers du Nord. Mais l’Aiel n’a pas d’intentions néfastes. Questionné par Verin, une Aes Sedai qui a rejoint la troupe – elle est au courant pour Rand – l’Aiel leur révèle des éléments sur les croyances de son peuple. Ils attendent la venue d’un homme qui les guidera en dehors de la Tierce-Terre. On comprend sans mal qu’il s’agit, d’une manière ou d’une autre, du Dragon Réincarné.

Une autre focalisation du récit nous emmène dans la plaine d’Almoth à proximité de Falme. Les Capes Blanches mesurent l’étendue de l’invasion des Seanchaniens et décident de livrer une guerre à ce qu’ils jugent être des Suppôts des ténèbres (comme beaucoup de monde à leurs yeux en fait… Tous ceux qui ne sont pas d’accord avec leurs préceptes, alors même qu’ils peuvent lutter contre les mêmes ennemis).

Le navire du capitaine Domon se fait capturer par les Seanchans. Il est contraint de céder face à la puissance des damanes, des femmes capables de canaliser le pouvoir qui sont enchaînées et contraintes d’obéir à leur maîtresse. Domon accompagne une dénommée Egeanin sans savoir pourquoi il y est invité. On en découvre plus sur les Seanchans et ce qu’ils font à Falme. Convaincus d’être les héritiers d’Arthur Aile-de-Faucon, ils ont traversé l’Océan pour reconquérir leurs terres. Ils ont un mode de vie et un sens de la hiérarchie très particulier. C’est l’un des peuples exotiques de l’univers de la Roue du Temps, un élément qui enrichit la diversité de ce monde complexe qui se bâtit peu à peu.
Domon est conduit devant le haut seigneur Turak. Le haut seigneur est intéressé par un objet de sa collection privé, un disque en Cuendillar, une matière de l’Ere des Légendes. Le haut seigneur est un collectionneur lui aussi et souhaite s’emparer de ce bien. Il ne s’en prive pas et décide que le capitaine peut être de bonne compagnie… Perspective peu réjouissante pour l’intéressé.

Pour revenir à Rand, mentionnons qu’il va se retrouver au centre d’intrigues politiques dangereuses. Le Daes dae’mar, le Jeu des Maisons, est le nom que l’on donne aux jeux d’intrigues à la Cour du Cairhien et ailleurs. Pris pour un riche Seigneur d’Andor, Rand va se voir invité à de nombreuses occasions. Il déclinera toutes les invitations jusqu’au moment où l’une d’elles va l’intéresser pour des raisons pratiques.
Ingtar et les autres retrouve Rand à Cairhien. Hurin parvient à localiser où les monstres ont pu cacher le Cor. Il est chez un riche seigneur Cairhien, Barthanes de la maison Damodred. Rand se sert d’une invitation qu’il a reçue de ce seigneur pour faire entrer quelques membres de la compagnie et tenter de localiser le Cor. Ils remontent sa trace jusqu’à… un Portail ouvrant sur les Chemins. Rand et ses amis ont déjà empruntés les Chemins en compagnie de Moiraine dans le tome précédent. Mais cette fois-ci, quand ils essaient de l’ouvrir, le Vent Noir Massin Shin les attend à l’entrée et menace de leur dévorer l’esprit. Ils sont contraints de refermer le Portail. La situation est critique : si Fain et ses amis sont parvenus à entrer cela veut dire qu’ils peuvent être n’importe où.
Avant de quitter le manoir de Barthanes, ce dernier révèle sont statut de suppôt des ténèbres en transmettant un message à Rand de la part de Fain. Il lui fait dire qu’il l’attend sur la pointe de Toman…
Ce peut être un piège et le groupe hésite longuement avant de se décider à agir. Verin leur fait admettre que la seule solution pour le rattraper est d’emprunter les Chemins. Pour contourner Massin Shin ils décident de prendre le portail du Sanctuaire Tsofu, un lieu où vivent d’autres Ogier. C’est angoissant pour Loial qui est un Ogier en fugue, et donc susceptible d’être puni et raccompagné chez lui.

Le portail du Sanctuaire Tsofu n’est pas une solution. Le Vent Noir les attend à nouveau à l’intérieur du portail. Désespéré à l’idée de perdre le Cor et la dague qui permettra de soigner Mat à Tar Valon, Rand va céder aux injonctions de Verin qui l’incite à se resservir d’une Pierre-Portail comme celle qui l’avait conduit par accident dans l’autre dimension. Cette magie ancienne n’est pas bien comprise, même par Verin Sedai qui est une érudite de l’Ajah Marron. Aussi l’issue est incertaine. Après une lutte avec le pouvoir, Rand et ses amis se retrouvent auprès de la Pierre-Portail de la Pointe de Toman… Les choses vont finalement plus vite que prévu… peut-être reste-t-il un espoir après ce miracle.

A Tar Valon, Egwene, Nynaeve sont enrôlées par Liandrin Sedai pour une mission spéciale. Leur disant que cela concerne la lutte contre l’Ajah Noir, elle leur demande d’obéir sans discuter et de ne parler à personne de ce qu’elles doivent faire en sa compagnie. Malgré cela, Elayne et Min se joignent à elles… Liandrin les emmène vers un Portail et elles empruntent les Chemins. Après un long moment, elles émergent près de Falme. La trahison de Liandrin éclate. Les Seanchans capturent Egwene et Min est blessée puis prise à son tour. Elayne et Nynaeve parviennent à s’échapper de justesse.
Egwene vit la désagréable expérience de la déshumanisation des damanes. Traitée comme un animal de compagnie, elle est obligée d’obéir à sa sul’dam et de n’utiliser que le Pouvoir de l’Unique quand elle le lui permet. Pendant ce temps Nynaeve et Elayne tentent de trouver un moyen de libérer leur amie. Elles parviennent à capturer une sul’dam et elles découvrent qu’elles peuvent lui faire jouer le rôle d’une damane… ce qui signifie que les sul’dam sont toutes des damanes qui s’ignorent… donc des femmes capables de contrôler le Pouvoir Unique. Elles s’introduisent dans le bâtiment des damanes et libèrent Egwene. Elles s’enfuient mais à ce moment-là l’enfer explose sur Falme.
Rand et sa troupe ont investi la demeure du haut seigneur Turak. Semant la mort et la pagaille, ils s’emparent à nouveau du Cor que Fain avait confié aux mains des Seanchaniens. Les choses se dégradent rapidement, les forces se déchaînent sur Falme. Ingtar se sacrifie pour leur permettre de survivre.
Pris d’une fureur héroïque (c’est le mot) nos héros et leur petite troupe décident de lancer l’assaut contre les forces du Seanchan. La bannière du Dragon est révélée, Mat s’empare du Cor de Valère et souffle dedans. Tandis que les héros d’antan ravagent les rangs de l’ennemi, Rand est plongé dans un combat intime contre le Ténébreux et vainc l’ombre qui hante ses rêves. Leur affrontement est projeté dans le ciel de Falme par le Pouvoir de l’Unique… Le Dragon Réincarné est né et canalise le pouvoir… Il est désormais révélé au monde… Le décompte jusqu’à la Dernière Bataille est enclenché.

Tandis que Rand récupère de son affrontement, Min veille jalousement sur lui, déterminée à admettre qu’elle est amoureuse de lui. Selene vient lui disputer la propriété de son cœur… et se révèle sous son véritable nom, Lanfear, l’une des Rejetés.
Lorsque Rand se réveille, Moiraine est de retour parmi eux. Le petit groupe va devoir se séparer à nouveau : Nynaeve, Elayne et Egwene doivent regagner Tar Valon pour achever leur formation. Mat, Perrin, le Cor et la dague vont les accompagner.
Il est également question des sceaux qui ferment la prison du ténèbreux, des disques en Cuendillar portant l’antique symbole des Aes Sedai. D’après Moiraine, trois sceaux sur sept sont brisés. Il y a encore beaucoup de choses à accomplir et le temps presse… Rand doit faire des choix.

Avis personnel :

Sur l’intrigue…

Ce tome divise notre petite équipe et l’intrigue. Certes, vous me direz que le groupe avait déjà été explosé dans le tome 1, mais pas de la même façon. Dans ce tome ils sont séparés et suivent des objectifs différents avant de tous se rejoindre. C’est la première ramification dans les intrigues.
J’aime beaucoup cette division. Elle a le mérite de varier les plaisirs comme on dit et rend l’intrigue générale plus intéressante à suivre. On a entre ses mains les pièces d’un puzzle qui se construit peu à peu.

Sur les personnages…

Nos personnages commencent à évoluer de manière distincte.

Du côté des personnages masculins, si Perrin était celui qui faisait le plus de chemin – je trouve – dans le tome 1 en découvrant qui il est et ce qu’il est capable de faire, je trouve que le cheminement de Rand, qui doit faire face à sa nature de Dragon Réincarné et au poids de son terrible secret, est intéressant dans ce tome-ci. Chose dont je ne me souvenais plus, il n’entend pas encore les voix de Lews Therin Telamon… En somme c’est encore un moment où c’est le Rand intègre qui évolue devant nos yeux. On le sent déchiré par son secret et les petites choses qu’il doit gérer au cours de la recherche du Cor, ses relations amicales, sa rencontre avec Selene – notre aimable et sublime Lanfear – qui lui cause des tourments d’attirance naissante bien qu’il le nie, son statut de seigneur alors qu’il pense encore comme le berger qu’il est depuis toujours. Son rapport au saidin est bien construit, ses premières impressions étaient floues dans mon souvenir. Non ce n’est vraiment pas un supra-héros qui comprend tout… et c’est agréable, il ne colle pas avec les stéréotypes.
Quant à Mat, il stagne un peu je trouve… Même un peu beaucoup. Mais ce n’est que partie remise. Il reste attachant.
Pour les autres, je ne vois pas de choses à signaler… On voit très peu Lan. L’Ogier est toujours aussi sympathique… Surtout quand il panique dans un Sanctuaire où il est censé se sentir chez lui. Le retour de Thom Merrilin est bien ficelé et ne me déplait pas. Les autres personnages qui interviennent me font l’effet de figurants, même ceux qui reviennent à plusieurs reprises, comme les Capes Blanches. Ils ont leur utilité, ils font avancer l’intrigue, mais leur rôle s’arrête là.

Du côté des personnages féminins, Nynaeve, Egwene et Elayne sont fidèles à elles-mêmes. Dans mon souvenir elles vont évoluer, mais lentement et progressivement. Leurs démêlés, avec l’Ajah Noir, puis avec les Seanchans, était resté intact dans mon souvenir, signe qu’ils m’avaient vraiment marquée. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai suivi les pages les concernant.

Quant aux choses qui m’ont le plus plu ?

Les Seanchans d’abord… peuple exotique qui envahi la pointe de Toman et la ville de Falme où se révélera le Dragon Réincarné et où l’on entendra le son du Cor de Valère à la fin du tome. Je les trouve admirablement bien réussi… et j’ai hâte de les voir revenir. Le séjour d’Egwene en leur compagnie est captivant…

Les mystères de Selene… Bon bien sûr je savais déjà qui elle était, ce n’est plus comme à la première lecture… Mais le piège qu’elle tisse dans l’âme de Rand est bien mené… Et oui, c’est un personnage que j’affectionne.

Le combat final sur la Pointe de Toman.

La mise en place des pions du Ténébreux sur l’Echiquier, ombre qui ouvre le tome et qui laisse présager pas mal de chose. C’est là qu’on commence à voir l’intérêt principal de ce cycle. Ce n’est pas qu’un simple combat, c’est une lutte, une préparation de longue haleine qui va se voir s’affronter des puissances souterraines et des puissances révélées. C’est loin d’être simple… et ça va devenir de moins en moins manichéen… le blanc et le noir vont avoir tendance à se fondre en gris…

____________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Robert Jordan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s