La transition théâtrale de l’Entre-deux-guerres

La transition théâtrale de l’Entre-deux-guerres

De la même manière que pour les œuvres romanesques. Le théâtre de l’Entre-deux-guerres est marqué par 14-18 et oscille entre vision pessimiste et volonté de sortir de la torpeur.

1. Farce, comique, satire

Jules Romains (1885-1972) est l’auteur de la pièce Knock ou le Triomphe de la médecine en 1923.
Extrait de la mise en scène de 1951 à ce lien :
https://www.youtube.com/watch?v=5v2zf4a-EEs

2. Le théâtre et l’inquiétude ambiante

Paul Claudel (1868-1965) avec le Soulier de satin (1929) interroge le lien entre l’universel et le particulier.
Armand Salacrou (1899-1989) dénonce les injustices sociales et l’absurdité de la vie avec Une femme libre (1934), l’Inconnue d’Arras (1935), et La Terre est ronde (1938).
Jean Giraudoux (1882-1944) évoque des questions tragiques dans son théâtre littéraire et humaniste. Il est l’auteur de : Amphytrion 38 (1929), Intermezzo (1933), La Guerre de Troie n’aura pas lieu (1935), pièce qui commente la montée du fascisme sous le couvert du mythe antique, Electre (1937), Ondine (1939), Sodome et Gomorrhe (1943).
Jean Anouilh (1910-1987) est l’auteur de l’Hermine (1932), La Sauvage (1934), Le Voyageur sans bagages (1937), Antigone (1944), pièce qui renvoie au théâtre engagé du segment suivant du siècle.

3. Le théâtre onirique et poétique

Jean Cocteau (1889-1963) est l’auteur d’Orphée (1927), La Voix humaine (1930), la Machine infernale (1934).
Antonin Artaud (1896-1948) produit Les Cenci (1935), puis le Théâtre et son double (1938), essai qui remet en question l’art théâtral avec la notion de théâtre de la Cruauté : « Le théâtre de la cruauté est une expression introduite par Antonin Artaud pour désigner la forme dramatique à laquelle il travailla dans son essai Le Théâtre et son double. Derrière « cruauté » il faut entendre « souffrance d’exister ». L’acteur doit brûler les planches comme un supplicié sur son bûcher. Selon Artaud, le théâtre doit retrouver sa dimension sacrée, métaphysique et porter le spectateur jusqu’à la transe. » [1]

___________________

Sources :
Littérature française, les grands mouvements littéraires, de Carole Narteau et Irène Nouailhac.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre_de_la_cruaut%C3%A9

____________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans 20e - XXe, Mouvements littéraires, THEORIE LITTERAIRE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La transition théâtrale de l’Entre-deux-guerres

  1. Ping : Sommaire du XXe siècle | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s