La poésie de l’Entre-deux-guerres

La poésie de l’Entre-deux-guerres (1915 à 1939)

1. Le Surréalisme

Le Surréalisme de Breton, Aragon, Desnos et Eluard commence aux alentours de 1924. Ce mouvement fait l’objet d’un article à part. Voir en cliquant ici.
Les précurseurs du Surréalisme sont Apollinaire, Jules Supervielle, Pierre Reverdy, sans compter la mouvance dadaïste de Tzara en Suisse de 1916 à 1921.

2. Le Néosymbolisme

Le néo-symbolisme de cette période est incarné par la figure de Paul Valéry.
« Influencé par Mallarmé, Paul Valéry privilégia toujours, dans ses recherches poétiques, la maîtrise de la forme sur le sens et l’inspiration. Quête de la « poésie pure », son œuvre se confond avec une réflexion sur le langage, vecteur entre l’esprit et le monde qui l’entoure, instrument de connaissance pour la conscience. » [1]
Héritière de Mallarmé donc, sa poésie est un travail architectural régi par les règles et la contrainte.
Ses œuvres principales sont :
La Jeune Parque (1917)
Le Cimetière marin (1920)
Album de vers anciens (1920)
Charmes (1922)

Extraits de Charmes :

« La Dormeuse »

A Lucien Fabre.

Quels secrets dans mon coeur brûle ma jeune amie,
Âme par le doux masque aspirant une fleur?
De quels vains aliments sa naïve chaleur
Fait ce rayonnement d’une femme endormie?

Souffles, songes, silence, invincible accalmie,
Tu triomphes, ô paix plus puissante qu’un pleur,
Quand de ce plein sommeil l’onde grave et l’ampleur
Conspirent sur le sein d’une telle ennemie.

Dormeuse, amas doré d’ombres et d’abandons,
Ton repos redoutable est chargé de tels dons,
Ô biche avec langueur longue auprès d’une grappe,

Que malgré l’âme absente, occupée aux enfers,
Ta forme au ventre pur qu’un bras fluide drape,
Veille; ta forme veille, et mes yeux sont ouverts.

« Le sylphe »

Ni vu ni connu
Je suis le parfum
Vivant et défunt
Dans le vent venu !

Ni vu ni connu
Hasard ou génie ?
À peine venu
La tâche est finie !

Ni lu ni compris ?
Aux meilleurs esprits
Que d’erreurs promises !

Ni vu ni connu,
Le temps d’un sein nu
Entre deux chemises !

____________________________________________

Sources :

Littérature française, les grands mouvements littéraires, de Carole Narteau et Irène Nouailhac.
http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/paul-valery
[1] http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/paul-valery
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Val%C3%A9ry#La_po.C3.A9sie
http://www.unjourunpoeme.fr/poeme/la-dormeuse-2
http://www.unjourunpoeme.fr/poeme/le-sylphe

__________________________________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans 20e - XXe, Mouvements littéraires, THEORIE LITTERAIRE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La poésie de l’Entre-deux-guerres

  1. Ping : Sommaire du XXe siècle | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s