Retrospect Poésie 2013

Principe du Retrospect 2013 dans cet article.

Retrospect Poésie 2013

Dernier article de ce parcours Retrospect ! Il s’agit de poèmes, des poèmes qui ont bercé mon année 2013… Ils ne font pas forcément partie de mes lectures du mois, mais ils sont ceux qui m’ont suivie d’une manière ou d’une autre au cours de cette année. C’est avec vous que je partage aujourd’hui mes trois préférés.

III

En troisième position de ce classement très subjectif, un poème de Nerval, « El Desdichado »

Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m’as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s’allie.

Suis-je Amour ou Phébus ?… Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J’ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène…

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.

Un poème très classique, très connu… Certes, mais c’est un poème qui me transporte véritablement, un poème qui transcende des images et des impressions qui s’imposent sans pour autant être totalement claires. C’est un mystère, un esprit unique qui se déploie dans la conscience du lecteur. Je sais que c’est très vague comme commentaire, mais c’est le sentiment général qui se dégage de la lecture que je peux en avoir.
Quelle place a-t-il dans mon espace littéraire personnel ? Je l’ai appris par cœur, pour pouvoir le citer en dissertation tout d’abord. Mais cet apprentissage fastidieux de mémorisation est devenu un plaisir avec ce poème.

II

En deuxième position de ce classement poétique, un poème extrait des Poèmes Saturniens de Verlaine, « Dédicace à Eugène Carrière »

Les Sages d’autrefois, qui valaient bien ceux-ci,
Crurent, et c’est un point encor mal éclairci,
Lire au ciel les bonheurs ainsi que les désastres,
Et que chaque âme était liée à l’un des astres.
(On a beaucoup raillé, sans penser que souvent
Le rire est ridicule autant que décevant,
Cette explication du mystère nocturne.)
Or ceux-là qui sont nés sous le signe SATURNE,
Fauve planète, chère aux nécromanciens,
Ont entre tous, d’après les grimoires anciens,
Bonne part de malheur et bonne part de bile.
L’Imagination, inquiète et débile,
Vient rendre nul en eux l’effort de la Raison.
Dans leurs veines le sang, subtil comme un poison,
Brûlant comme une lave, et rare, coule et roule
En grésillant leur triste Idéal qui s’écroule.
Tels les Saturniens doivent souffrir et tels
Mourir, — en admettant que nous soyons mortels, —
Leur plan de vie étant dessiné ligne à ligne
Par la logique d’une Influence maligne.

Ce deuxième poème n’est pas très gai certes… Je vous l’accorde… Mais il me touche réellement. Pour des raisons entièrement subjectives encore une fois. Bien que née moi-même sous le signe de Saturne, je n’ai pas l’impression d’être maudite et de vivre sous une « influence maligne », mais j’aime bien l’atmosphère liée à ce signe, une nouvelle fois sous le sceau du mystère dans l’écriture poétique. Il y a une sorte d’affinité qui s’enorgueillie d’être associée à cette image et une autre qui se fait une fierté de s’en différencier totalement. Fut une époque où cette écrire aurait eu une autre influence sur moi, mais aujourd’hui il ne reste que ce paradoxe.
J’affectionne Verlaine pour son style et sa musique poétique. J’aurais pu choisir d’autres poèmes qui m’ont marqués, mais c’est celui-ci que vous ai livré.

I

En première position de ce classement, un poème extrait de Poèmes à Lou, d’Apollinaire, le sonnet qui clôt le recueil et le poème « Roses guerrières »

Toi qui fis à l’amour des promesses tout bas
Et qui vis s’engager pour ta gloire un poète
O rose toujours fraîche ô rose toujours prête
Je t’offre le parfum horrible des combats

Toi qui sans défleurir sans mourir succombas
O rose toujours fraîche au vent qui la maltraite
Fleuris tous les espoirs d’une armée qui halète
Embaume tes amants masqués sur leurs grabats

Il pleut si doucement pendant la nuit si tendre
Tandis que monte en nous cet effluve fatal
Musicien masqué que nul ne peut entendre

Je joue un air d’amour aux cordes de cristal
De cette douce pluie où s’apaise mon mal
Et que les cieux sur nous font doucement descendre

Apollinaire, mon favori parmi les poètes, ce n’est plus un secret – enfin je crois. Ce poème-ci aussi a rejoint la liste des vers mémorisés dans l’objectif d’avoir des références à portée de main.
Ce poème, que je trouve magnifique, transcende l’œuvre d’Apollinaire. Il rassemble le sentiment mélancolique du poète déçu par l’amour, plongé dans la guerre et porteur d’un témoignage. Il manque peut-être l’Apollinaire patriote et guerrier de certains de ses poèmes, je l’avoue.
Outre cela je trouve les images magnifiques et suis charmée par le sentiment qui se dégage de ces vers et de leur musique.

Voilà pour ce petit Retrospect Poésie 2013 très subjectif ! Mais au-delà de tout ce qui a pu être dit, je veux avant tout que ce soit un partage poétique.

BONNE ANNEE 2014 A TOUS !

534957_483954828326445_2091659193_n

_______________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans De choses et d'autres, DIVERS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Retrospect Poésie 2013

  1. Mina dit :

    J’aime beaucoup le poème de Nerval, que je ne connaissais pas, il est vraiment magnifique… Je suis heureuse de voir Verlaine dans ton classement, bien que ce texte ne soit pas celui que j’aurais personnellement choisi. C’est un très beau partage pour terminer l’année que ce rétrospect poétique 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s