La Roue du Temps – Tome 1 : L’Oeil du Monde – de Robert Jordan

La Roue du Temps – de Robert Jordan
L’Oeil du Monde

la-roue-du-temps-volume-1

« Vous êtes présents à l’heure où se révèle la menace. Détournez-vous, et cela condamnera peut-être le monde. Courir ou se cacher n’a jamais soustrait personne au tissage de la Trame. Par contre, essayer laisse toujours une petite chance de réussir. Les trois fils centraux de la Toile – les ta’veren – peuvent gagner l’Oeil du Monde et affronter le danger en face. Permettez à la Trame de se tisser autour de vous, à cet endroit précis, et vous empêcherez peut-être l’univers de sombrer dans les Ténèbres. Le choix vous appartient… Je ne peux pas vous forcer à me suivre. »
(L’Oeil du Monde, page 697, éditions Bragelonne 2012, Robert Jordan)

Moiraine Sedai déclare ces mots au moment précis du récit où l’objectif des héros se déplace d’une obligation en une nécessité absolue… Le tissage de la Roue du temps s’est resserré, et l’espoir s’amenuise… Aller à l’Oeil du Monde ? Oui, nos héros irons, d’où le titre de l’ouvrage… Mais si les choses étaient aussi simples qu’elles n’y paraissent, peut-être que tout serait finit à la page 844. Il n’en est rien… Pour notre plus grand plaisir…

Une intrigue épique, fantastique et captivante…

Chacun de ces termes restitue une idée qui n’est peut-être même pas assez précise pour décrire l’oeuvre. Elle dépasse de loin en qualité beaucoup d’oeuvres de la grande Fantasy.

Le Tome 1 n’est que la première étape du cycle, elle le pose en promesse magistrale. Comme évoqué dans l’article introducteur du cycle, le récit paraît funestement classique dans sa quatrième de couverture. L’enjeu et l’intrigue se distinguent pourtant par leur singularité et leur articulation. Ainsi, la lutte entre le Bien et le Mal au coeur d’une prophétie – un procédé usé jusqu’à la moelle – est un déjà-vu secondaire dans un univers complexe et inédit.

L’univers de la Roue du temps en quelques mots…

Dans le Tome 1, nous ne sommes pas encore jetés dans le complexe politique du monde de Jordan – et cet échiquier là sera un vrai régal le moment venu, parole de lectrice avertie ! – mais on a déjà un aperçu de la lutte qui s’opère entre certaines factions et de ses possibles conséquences. Ainsi, les Capes Blanches, qui détestent les Aes Sedai (et toute chose étrange à l’ordinaire) seront un obstacle à certains de nos héros et pourraient signer leur mort… Alors qu’au fond ils combattent tous le même ennemi… sans pouvoir se comprendre. Ce n’est vraiment qu’une parcelle et un exemple infime du complexe qui se déploiera dans les tomes suivants… L’enjeu du Daes Dae’mar étant le sort du monde… Car tous ceux qui voudront enchaîner ou aider le Dragon joueront avec le destin de tous.

On est également pris dans le légendaire de Robert Jordan, si je peux employer ce terme de légendaire qui est commode pour désigner les inventions propres de l’auteur. Bien sûr il n’a pas inventé le Bien, ni le Mal dont la dynamique manichéenne anime le récit. Mais je pense pouvoir dire que les Trollocs, les Myrddraals, les Draghkars, les Aes Sedai, les Ogiers, la Source Authentique, le saidar, le saidin, les Chemins, Sadar Logoth et la divinisation de la Roue du temps sont typiquement du monde de Jordan et d’aucun autre dans ce tome 1. Nous sommes intégrés dans ce monde, sans obscurité outrecuidante qui altérerait le récit. Comment ne pas être attaché à cet univers ?

Les personnages…

Les personnages sont captivants, chacun à leur manière. Leur caractère propre et entier les rend éclatants. Ce ne sont pas des esquisses de caractères, mais des êtres d’encres qui vivent et avec lesquels on tremble pendant la lecture. Mes préférés sont Nynaeve, Moiraine, Mat et Rand.
Une remarque positive sur l’utilisation des personnages (qui deviendront nombreux au fil des tomes…) : lorsque l’identité du Dragon est révélée ou presque parmi Rand, Mat et Perrin, les deux garçons restants auront toujours un rôle. L’auteur ne jette pas ses personnages, ne les instrumentalisent pas. A l’image de la Roue du Temps, il continue à tisser la Trame autour d’eux. Et les personnages ne disparaissent que quand ils le doivent… avec le déchirement que cela peut opérer chez le lecteur qui a développé une empathie avec eux…

Résumé…

Tour d’horizon sur le récit du tome 1… Attention, spoilers !

La Nuit de Bel Tine, la ferme de Rand Al’Thor et de son père, Tam, est attaquée par une bande de Trollocs, des monstres de terreur servant le Ténèbreux. Fuyant les monstres en compagnie de son père blessé, Rand se rend à Champ d’Emond, le village situé à quelques kilomètres. Cet endroit est en proie au chaos… Certaines maisons ont aussi été attaquées. Celle de Perrin et de Mat, deux amis de Rand, mais surtout, deux jeunes gens nés à peu près au même moment et ayant donc le même âge.

Moiraine, une Aes sedai – sorcière de Tar Valon – est arrivée la veille au village. Farouchement décidée à protéger les garçons des sbires du Ténébreux, elle les convainc de fuir avec elle avant que les assauts ne reprennent. Elle seule en ces lieux est capable de les protéger car elle maîtrise le saidar, moitié femelle de la Source Authentique. Leur destination est la lointaine Tar Valon.

Ils fuient donc en petit groupe : Moiraine, Lan – son Champion -, Rand, Mat, Perrin. Viennent aussi Thom le ménestrel et Egwene, la fille de l’aubergiste. Le premier car il a surpris le départ. La seconde car elle veut vivre une aventure. Par la suite, on apprendra qu’elle possède le don de canaliser le saidar et qu’elle rêve de devenir elle-même une Aes Sedai.
Les Trollocs et autres engeances du Mal sont à leurs trousses. Ils fuient donc à travers Deux-Rivières, jusque Baerlon, puis au-delà du territoire de l’Ouest.
En chemin ils seront rattrapés par Nynaeve Al’Meara, la jeune Sage-Dame de Champ d’Emond, qui pense que Moiraine a enlevé les garçons. Confrontée à la vérité, elle décidera de les suivre afin de s’assurer que l’Aes Sedai tienne parole et qu’il ne leur arrivera pas malheur. Les rapports entre Nynaeve et Moiraine sont d’autant plus difficile que l’Aes Sedai lui a dit qu’elle pourrait en devenir une. Comme Egwene, elle a l’étincelle en elle. Nynaeve refuse de se faire à cette idée qui la met en colère.

En chemin, les fuyards sont obligés de se réfugier à Shadar Logoth, la ruine maudite hantée par Mashadar – une entité indéfinissable et malveillante. Malgré leur peur, les Trollocs pénètrent en cet endroit pour atteindre leur proies. A l’issue d’une fuite violente, tout le groupe est sauf mais se retrouve dispersé en petits groupes. Chacun cherchera alors à atteindre Pont-Blanc, voire Caemlyn, sur la route de Tar Valon pour espérer retrouver les autres.

Shadar_Logoth

Entrée (de jour) dans Shadar Logoth – Image prise sur : http://wot.wikia.com/wiki/Shadar_Logoth

Perrin et Egwene rencontrent Elyas, un homme-loup, qui révèle à Perrin que lui aussi peut entrer en contact avec les loups. Il guide les jeunes gens vers Pont-Blanc, d’abord en compagnie des Zingari, puis en trio. Les deux jeunes gens sont capturés par les Capes Blanches avant leur arrivée… On les accuse d’être des suppôts des ténèbres.
Ils sont libérés par Nynaeve, Moiraine et Lan qui ont retrouvé leur piste.

Rand, Mat et Thom arrivent à Pont-Blanc avant les autres. Ils ne peuvent y rester les y attendre. Un Myrddraal les attaque. Thom se sacrifie pour que les jeunes gens puissent s’enfuir. Ils errent jusque Caemlyn, continuellement traqués, devant déjouer les pièges de leurs ennemis et manquant de tomber entre leurs griffes maintes fois. La terreur les habite d’autant plus que Ba’alzamon hante leurs rêves, ne cessant de leur répéter qu’il les cherche…
Pourquoi ? Ils ne le savent toujours pas.

Ba'alzamon le Ténébreux - Image prise sur : http://wot.wikia.com/wiki/File:Ba'alzamon_ccg.JPG

Ba’alzamon le Ténébreux – Image prise sur : http://wot.wikia.com/wiki/File:Ba’alzamon_ccg.JPG

Arrivés à Caemlyn, ils trouvent une auberge correcte. Là-bas, Rand se lie d’amitié avec un Ogier, un géant bâtisseur. Mat s’enfonce dans une noirceur de coeur qu’il doit à l’influence maligne d’une dague prise dans la maudite Shadar Logoth. L’Ogier révèle à Rand qu’ils sont uniques, qu’ils sont ta’veren, des fils très influents dans la Trame de la Roue du Temps. Il pense que c’est pour cela qu’ils sont traqués de la sorte. Mais aucun de se doute encore que c’est pire que cela…

Ogier - Image prise sur http://wot.wikia.com/wiki/Ogier

Ogier – Image prise sur http://wot.wikia.com/wiki/Ogier

Après une mésaventure – qui vaut à Rand de rencontrer Elayne, la Fille Héritière d’Andor, puis sa mère, la Reine Morgase, et Elaida Sedai, sa conseillère – Moiraine retrouve Rand et Mat à l’auberge. Le bonheur des retrouvailles ne peut s’éterniser. Moiraine est obligée de soigner Mat comme elle le peut pour l’empêcher de sombrer dans les ténèbres. Elle ne parviendra pas à éradiquer le mal en lui… et il faudra tôt ou tard qu’il aille se faire soigner à Tar Valon. Mais cette dernière n’est plus leur destination. Les trois garçons révèlent à l’Aes Sedai leurs rêves sur Ba’alzamon et ce qu’il leur a parfois dit sur l’Oeil du Monde. Elle comprend que le Ténébreux va essayer de détruire cette légende qui est peut être leur seul espoir contre lui à l’aube de la Dernière Bataille. Ils doivent absolument atteindre ce lieu avant l’ennemi.

L'Homme Vert - image prise sur http://www.dol-celeb.com/dieux/homme-vert.html

L’Homme Vert – image prise sur http://www.dol-celeb.com/dieux/homme-vert.html

Guidés par l’Ogier qui est leur nouveau compagnon, ils empruntent les Chemins, voies souillées et maléfiques. Ils gagnent la demeure de l’Homme Vert et l’Oeil du Monde à temps par une route plus dangereuse encore. Là-bas les attendent deux des treize Rejetés, les serviteurs humains et immortels du Ténèbreux. Moiraine est vaincue par ces adversaires.
Le chaos se déchaîne et Rand est isolé des autres. L’Oeil du Monde s’anime alors que les Rejetés le poursuivent. Le jeune berger du Champ d’Emond se met à canaliser le saidin, moitié mâle de la Source Authentique. Il vient à bout de ses adversaires et est révélé comme étant le Dragon Réincarné des prophéties anciennes.

De cette vérité, à la clôture du tome 1, seuls Lan, Moiraine, Egwene et Nynaeve sont instruits. L’on sait alors pourquoi le Ténébreux traquait ces trois ta’veren. On sait également que la quête de Moiraine était de trouver et de protéger le Dragon Réincarné. L’intrigue du tome 1 est bouclée. La découverte du Cor de Valère et de l’étendard du Dragon dans les restes de l’Oeil du Monde présage que rien n’est fini, que tout ne fait que commencer…

_______________________

[Je décline toute responsabilité quant à la présence des publicités imposées par le serveur wordpress, sur cette page ou toute autre]

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction, Robert Jordan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La Roue du Temps – Tome 1 : L’Oeil du Monde – de Robert Jordan

  1. Ping : Les lectures du mois de Décembre 2013 | Havre de pensées & de mots

  2. Ping : Présentation du cycle de la Roue du Temps | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s