Le Tartuffe de Molière

Le Tartuffe de Molière

Le Tartuffe de Molière est une pièce à l’histoire mouvementée. D’abord interdite en 1664, elle a dû être revue et corrigée par son auteur afin d’être enfin autorisée en 1669. Cette pièce est gênante pour l’Eglise car son fond dénonce l’hypocrisie des faux dévots qu’elle a en son sein.

250px-TartuffeImposteur

Présentation :

Le Tartuffe ou l’Imposteur est une comédie de Molière. L’un de ses chef-d’œuvres qui renferme à la fois le comique propre au dramaturge et les règles du classicisme montant. Ce classicisme se retrouve dans le respect du vraisemblable, dans les unités de lieu et de temps, ainsi que dans la structure de la pièce composée de l’équilibre de 5 actes. Cela ne va pas plus loin, mais c’est suffisant pour l’auteur. Il y a bien évidemment mise en scène d’une critique voilée derrière le comique : la critique de l’imposture.

Tartuffe est un personnage dit dévot. Il met en avant une âme chrétienne qui a pour idéaux la pauvreté et la bonté. Mais c’est une imposture, le personnage ne l’est en rien. Il profite d’Orgon et de sa maisonnée pour être logé, nourri… Mais cette imposture ne s’arrête pas à ces profits matériels. Le personnage cherche à épouser la fille d’Orgon, Mariane, et à séduire la femme de son hôte, Elmire. C’est donc un personnage libidineux, fourbe, empli de convoitise. La critique de l’hypocrisie se fait à travers la condamnation morale implicite et explicite à l’encontre du personnage. Sous ses affres comiques, la pièce présente aux spectateurs un être ignoble qui révolte. Le dénouement le condamne bel et bien par la justice du roi qui est celle de Dieu.

Résumé :

Le premier acte présente l’attachement de certaines personnes de la maisonnée à Tartuffe. Il présente également le dégoût de ceux qui l’ont percé à jour. La scène 4 est particulièrement illustrative sur le clivage au sujet de Tartuffe en confrontant Orgon à son frère, Cléante, au sujet de la santé de sa femme. A chaque fois qu’on lui annonce que sa femme est souffrante, Orgon s’enquiert de la santé de Tartuffe et le plaint lui, alors qu’il est en bonne santé. Orgon est complément obsédé par Tartuffe et ne voit pas le dessous du masque. On apprend également qu’un mariage est prévu entre Mariane et Valère. Mais Orgon semble vouloir défaire cette union, une menace plane sur le couple. Le spectateur soupçonne aisément que c’est Tartuffe qui sera à l’origine de ce blocage.

Le deuxième acte s’ouvre sur une discussion entre Mariane et son père. Il lui annonce qu’il a changé d’avis et qu’il souhaite l’unir à Tartuffe et non plus à Valère. La servante, Dorine, tente d’intervenir mais sans succès. Elle reproche à Mariane d’obéir à son père. Les deux amants, Mariane et Valère, entrent en conflit sur la question de Tartuffe. L’obstacle au mariage est placé, l’intrigue de comédie est complètement dévoilée.

Le troisième acte est ouvert par la fureur de Damis, fils d’Orgon. Puis Tartuffe entre enfin sur scène. On le découvre d’abord comme dévot : il reproche à Dorine d’être trop peu couverte à la scène 2. C’est à ce moment que parait le célèbre vers : « Couvrez ce sein que je ne saurais voir ». Le comportement de l’intéressé change ensuite. Face à Elmire, l’épouse d’Orgon, il s’enflamme et déclare un amour qui n’a rien de dévot… Elmire ne cède pas à ses avances et promet de les taire s’il s’arrange pour que le mariage entre Valère et Mariane ait lieu. Dans le cas contraire, elle révélera à son mari la traitrise de leur hôte et il sera chassé. Seulement, Damis a entendu ce qui s’est passé et projette de tout révéler pour se venger des audaces de Tartuffe. Elmire tente de le dissuader mais sans succès. Damis révèle l’affaire à Orgon qui n’en croit pas un mot. La scène 6 est le sommet de l’esprit manipulateur de Tartuffe. Il avoue son crime et se condamne. Mais plus il s’accuse, plus Orgon l’innocente. Il s’en sort indemne. Pour punir Damis d’avoir accusé Tartuffe ‘à tort’, Orgon le déshérite et fait signer un document pour céder tous ses biens à Tartuffe.

Dans l’acte IV, la maisonnée va tenter de faire réaliser à Orgon qu’il abrite un homme fourbe. Mariane tente d’attendrir son père, mais cela ne fonctionne pas. Chacun essaie sans succès. Alors Elmire propose de le prendre en flagrant délit. Elle ordonne à son mari de se cacher sous la table tandis que vient Tartuffe. S’ensuit une conversation qui confond Tartuffe dans l’esprit d’Orgon. C’est en rage qu’il chasse le traitre. Mais il n’en est pas débarrassé pour autant. Il a donné à Tartuffe des moyens de lui nuire en lui léguant tous ses biens.

L’acte V est l’acte du dénouement. La famille fait face aux machinations de Tartuffe pour leur prendre leur maison et les expulser. L’imposteur tente même de faire arrêter Orgon par la justice du roi. Mais le coup de théâtre qui résout l’intrigue est que le roi a conscience de l’hypocrisie de Tartuffe. A travers l’Exempt (un personnage qui représente sa volonté judiciaire), il le laisse se compromettre et l’arrête, sauvant la famille de la ruine. Le mariage va pouvoir avoir lieu, c’est une fin heureuse due à la bonté du monarque qui est longuement loué.

Extrait :

J’ai choisi un extrait d’une tirade de l’Exempt qui montre le soucis qu’à l’auteur de présenter une image flatteuse du souverain, miroir à l’attention de Louis XIV très certainement.
Acte V, scène 7 :

« Ce n’est pas vous à qui j’en veux rendre raison.
Remettez-vous, Monsieur, d’une alarme si chaude.
Nous vivons sous un Prince ennemi de la fraude,
Un Prince dont les yeux se font jour dans les cœurs,
Et que ne peut tromper tout l’art des imposteurs.
D’un fin discernement sa grande âme pourvue
Sur les choses jette une droite vue ;
Chez elle jamais rien ne surprend trop d’accès,
Et sa ferme raison ne tombe en nul excès.
Il donne aux gens de bien une gloire immortelle ;
Mais sans aveuglement il fait briller ce zèle,
Et l’amour pour les vrais ne ferme point son cœur
Atout ce que les faux doivent donner d’horreur.
Celui-ci n’était pas pour le pouvoir surprendre,
Et de pièges plus fins on le voit se défendre. »

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans AUTEURS & OEUVRES, De la Littérature Classique, Molière. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Tartuffe de Molière

  1. Ping : Lectures du mois de Mars 2013 au mois d’Août 2013 | Havre de pensées & de mots

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s