Dune 2, de Franck Herbert

Dune 2 est la suite de Dune 1. Ces deux tomes n’en font qu’un seul dans la réédition pocket de 2012. En soi c’est plus logique de les rassembler mais je les traiterai séparément, tel que je les ai lus, avec l’ancienne édition. Voici donc ce deuxième article afin de détailler ma lecture de Dune. Je commencerai par un petit résumé avant de donner mon avis personnel.

Dune 2

Résumé :

Le tome 1 s’achevait sur une image : Paul et sa mère s’engouffraient dans la tempête pour échapper à leurs poursuivants Harkonnens. Ils survivent alors que le Baron les tient pour mort. Commence alors un pénible chemin à travers le désert pour retrouver les fremens. Eux seuls peuvent leur venir en aide : les aider à survivre et à reconquérir Arrakis.

Après un certain nombre de péripéties dont je ne vous gâche pas la surprise en les laissant à l’appréciation de votre lecture, Paul Atréide trouve les fremens. Il intègre le sietch de Stilgar, un chef fort et sage qui l’accompagnera dans son initiation fremen. Paul est appelé Muab’Dib. C’est sous cette identité qu’il prépare la guerre qui lui rendra le fief de Dune. C’est ce nom qui répandra la terreur chez l’ennemi inconscient, l’ennemi qui prend trop tard la mesure de la menace qu’il représente. Pour reprendre le fief, Paul impose son règne sur le désert et le peuple fremen. Il écrase les coutumes lorsque cela est nécessaire, bouleversant l’ordre ancestral qui s’était établi. Mais cela est accepté. Paul, en tant que messie, leur fait miroiter le rêve de toujours : changer le climat de Dune pour un faire un monde plus tendre. Seulement, l’omniscient Muab’Dib sait très bien que cela ne peut pas être. Il sait aussi qu’après sa victoire sur le fief d’Arrakis, une grande guerre de religion naîtra de sa légende et de sa position sur le trône de l’Empire. Malgré tous ses efforts, jamais cette prédiction ne s’effacera des possibles ouverts à sa vision.

Au cours de sa trajectoire, Paul retrouve Gurney Halleck. L’homme d’arme de l’ancien Duc est heureux de retrouver son élève et ami. Convaincu que c’est la mère de Paul qui a trahi le Duc, il tentera de l’assassiner, mais son geste est arrêté à temps. Paul lui fournit l’identité du véritable traître. A partir de ce moment, Gurney devient un allié inébranlable qui aidera Paul à parvenir à la victoire.

Jessica, la mère de Paul, s’intègre aux fremens en tant que Révérende Mère. Elle absorbe l’eau de vie, cadeau du faiseur, qui lui donne une connaissance complète du passé. Elle devient le guide spirituel des fremens. Seulement, elle se donne à ce rituel alors qu’elle porte en elle la soeur de Paul et fille du Duc Leto, conçue avant sa mort. La jeune enfant, Alia, est affectée par l’eau de vie. Elle acquiert cette connaissance du passé qui transforme sa perception du monde. Sa maturité est beaucoup trop avancée pour son âge. Elle inspire la peur aux fremens qui ne comprennent pas sa nature. Elle est qualifiée d’abomination par les Bene Gesserit de l’Empereur. Les visions que Paul a d’elle dans l’avenir ne laissent rien présager de bon.

Le livre se clôt sur la victoire de Paul contre les Harkonnens qui occupaient Arrakis. Les Harkonnens sont vaincus jusqu’au dernier. Paul tue l’héritier de la maison Harkonnen tandis qu’Alia, enlevée par les hommes de l’Empereur, empoisonne le baron lui-même. On apprend que Paul va épouser Irulan, l’héritière de l’Empereur. Les troubles annoncés par les visions seront l’objet des tomes suivants. A suivre donc….

Avis personnel :

Cette seconde exploration de la saga me contente autant que la première. La suite est d’aussi bonne qualité que le début.

Les thématiques qui faisaient la complexité et la richesse de Dune 1 se retrouvent à nouveau :

  • La thématique politique tourne autour des questions d’alliance, d’économie et de domination. La paix sur Dune et le commerce de l’épice ne sont préservés qu’au prix d’une alliance diplomatique, par un mariage entre Paul et la fille héritière de l’Empereur. Le sacrifice est donc la seule solution pour apaiser le conflit éternel de Dune. Conflit ayant pour origine la soif de liberté d’un peuple opprimé au nom de l’exploitation de l’épice. C’est donc sous le règne de Paul que cette liberté est conquise modérément par une alliance royale.
  • La thématique religieuse est toujours liée à cette histoire de messie. La force en la croyance, la force de la foi et de la religion est illustrée par la victoire des fremens. Ils ont cru en Paul et l’ont suivi jusqu’à la victoire. Mais cette foi est clairement destinée à dégénérer. Les visions de Paul insistent lourdement là-dessus. Il y aura jihad, domination sanglante de cette religion dans le futur. Cette force religieuse est donc ambivalente et nous sommes destinés à en voir l’autre face.
  • La thématique écologique est encore développée. On apprend le lien entre la production de l’épice et l’existence des monstrueux vers de sable. C’est la description d’un cycle écologique qui n’inclut pas l’abondance d’eau dans son fonctionnement. On comprend alors que le rêve des fremens, faire d’Arrakis une planète aqueuse, pourrait détruire l’épice. Cette perspective sert de menace contre l’Empire. La menace écologie permettra aux négociations politiques d’avoir lieu.
  • La famille est également un thème important. Dans le premier tome il était question du déchirement de la famille Atréide, on comprenait bien alors l’importance de la force contenue dans la confiance et l’union. Dans ce tome la perception de la famille évolue. La naissance d’Alia, la soeur de Paul est synonyme de péril. Même si on ne sait pas encore pourquoi. A plusieurs reprises, Paul hésite sur le statut de sa mère : est-elle son amie ou son ennemie ? La famille est source de tension à ces moments là. Mais rien n’est ni tout noir, ni tout blanc. La famille agit souvent comme un rappel à l’humanité chez Paul souvent dépassé par ses propres pouvoir de prescience. La famille est un garde-fou. C’est un rôle qui est incarné par Shani, la concubine de Paul et mère de leur premier fils au destin tragique.

Un tome riche qui mérite donc attention. Mais avant tout il convient de le savourer en tant que divertissement. L’un des meilleurs parmi les oeuvres de science-fiction.

NB : Les appendices situés à la fin du tome sont très intéressants à parcourir.

Extrait :

Page 322 et 323, édition pocket. Cet extrait est un épisode de l’initiation de Paul aux rites fremens. Chevaucher un vers des sables, un faiseur, est une étape importante et dangereuse… 

Lorsqu’il presserait la détente, le marteleur commencerait à lancer son appel. Quelque part dans le sable, un faiseur entendrait et viendrait. Paul savait qu’avec les tiges à hameçons il pouvait chevaucher un anneau de vers géant. En effet, aussi longtemps que l’anneau était maintenu par l’hameçon et que sa face interne était soumise au souffle abrasif du sable, le ver ne replongerait pas dans le désert. Il lovait son corps gigantesque afin d’élever aussi haut que possible le segment ouvert.
Je suis un cavalier des sables, se dit Paul.
Il regarda les hameçons, dans sa main gauche. Il lui suffirait de les fixer au corps immense d’un faiseur pour que la créature tourne et se déploie à sa guise. Il avait déjà vu faire cela. Il avait accompli de courts trajets au flanc d’un faiseur. Mais il était possible d’aller très loin, jusqu’à ce que la créature s’effondre d’épuisement. Alors, il fallait appeler un nouveau faiseur.
Lorsqu’il aurait triomphé de cette épreuve, Paul le savait, il serait digne d’accomplir le voyage de vingt marteleurs jusque dans les territoires du sud, libre de se reposer dans les nouvelles palmeraies et les sietchs où l’on avait emmené les femmes et les enfants pour échapper au pogrom.
Levant la tête, il regarda vers le sud, se souvenant que le faiseur qui allait surgir de l’erg était un facteur inconnu, de même que lui qui l’appelait pour cette épreuve.
« Tu dois calculer avec soin son approche, lui avait dit Stilgar. Rester assez près afin de pouvoir le monter quand il passera, mais assez loin pour n’être pas englouti. »
Paul se décida soudain et déclencha le marteleur.

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans Fantasy et Science-Fiction, Frank Herbert. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s