Fièvre

Fièvre

L’or du jour et l’or du soir
Tombent sur un miroir
L’éclat du temps fend l’espace
En morceaux vole la glace

Tout bascule et se retourne
La prison où la folie séjourne
S’ouvre tout en grand
S’étend puis étouffe le temps

Les mémoires se figent
L’oubli s’afflige
Les mains se suspendent
Les voix dans l’air se fendent

Plus rien n’est
Et tout y est
Le tourbillon emporte l’âme prisonnière
Voici venue la fièvre de l’hiver

La fièvre maudite affaiblit le corps
Elle appelle la mort
La sainte fièvre ouvre l’esprit
Déverrouillant l’inouï.

(Janvier 2013)
Eléonore COTTON
(tous droits réservés)

tourbillons

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans MES ECRITS, Poèmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s