Sorceleur – Tome 5 : Le Baptême du feu – Andrzej Sapkowski

Ce cinquième tome de la série d’Anbrzej Sapkowski s’intitule Le Baptême du feu. La série se poursuit, fidèle à elle-même.

baptême du feu

Résumé :

Suite à la rébellion des magiciens, Geralt a été téléporté à Brokilone afin d’y être soigné par les dryades. Cependant le sorceleur n’est pas disposé à y rester. Il part en direction de Nilfgaard, à la recherche de Ciri, en compagnie de Jaskier et de Milva. Milva est l’un des nouveaux personnages qui apparaissent dans ce tome. Bien qu’étant humaine, elle est au service des dryades et des réfugiés elfes de Brokilone. Elle se caractérise par sa liberté et l’arc qui l’accompagne où qu’elle aille. Une arme qu’elle manie bien mieux que la plupart des hommes. Au fil de leur voyage, une complicité va se créer entre Milva et Geralt. Ce ne sera pas de l’amour, le cœur du sorceleur appartenant à Yennefer, mais une sorte d’affection ambigüe qui rappelle tantôt de l’amitié, tantôt un lien fraternel et tantôt un lien amoureux.
Les trois compagnons vont se joindre à une compagnie de nains et de réfugiés. A la tête de cette compagnie se trouve un nain joyeux et festif : Zoltan Chivay. Ils voyageront ensemble pendant une grande partie du roman. La difficulté de ce voyage est d’éviter la guerre qui fait rage en tout lieu. Nilfgaard envahit les royaumes du Nord et les deux armées s’affrontent sans cesse, brûlent et pillent sans distinction aucune. La meilleure chance de survie qu’a la compagnie est d’éviter les lieux de conflits. Les armées les élimineraient, peu importe leur camp, car les réfugiés sont considérés comme des ennemis potentiels, des espions. Au cours de leur cheminement, un nouveau personnage se joindra à eux : Emiel Régis. Ils le rencontrent dans un ancien cimetière elfique alors qu’il récoltait des herbes. Il se présente comme étant barbier et leur accorde l’hospitalité d’une cabane dans les bois qui lui sert de résidence secondaire. Ce personnage possède des connaissances extraordinaires, notamment en science médicale. Il semble aussi doté de pouvoirs magiques. Le feu ne le brûle pas, il peut endormir les gens et devenir invisible. J’ai longtemps cru qu’il était magicien, mais non, l’auteur nous surprend. C’est en fait un vampire supérieur. Lorsque Geralt le démasque, il le chasse. Mais il finit par accepter son retour car ses talents et son savoir deviennent vitaux.
Le petit groupe tombe sur un camp important de réfugiés. Ils s’y joignent pour une nuit qui sera scellé du sceau de la malchance. Le petit groupe est d’abord confronté à un procès de sorcellerie dont une jeune fille (bien sûr innocente) est la victime. C’est Régis qui relèvera le défi de l’ordalie. C’est une sorte de procès médiéval à dimension religieuse qui devait prouver l’innocence ou la culpabilité d’un sujet à la suite d’un défi… Ici en l’occurrence, il s’agissait de sortir un fer chauffé à blanc d’un feu sans subir de trace de brûlure. Si Régis avait eu une trace de brûlure, la jeune femme accusée de sorcellerie aurait dû subir le bûcher. Bien sûr le barbier-vampire n’a pas été brûlé et la jeune femme fut innocentée. Seulement, à cet instant, les troupes de Nilfgaard et de Témérie (un royaume du nord) choisirent cet endroit comme champ de bataille. Le camp fut massacré et la compagnie dispersée. Geralt et Jaskier furent capturés par les troupes Témériennes. Milva réussit à s’échapper et fut rejointe par Régis et un Nilfgaardien nommé Cahir, celui qui avait essayé d’enlever Ciri pour le compte de l’Empereur dans les tomes précédents. Il est désormais apatride et traqué par ses anciens compatriotes pour le mettre à mort. C’est Régis qui permettra à Geralt et à Jaskier de s’échapper. Jaskier est blessé au cours de sa fuite.
Ils se mettent en route pour rejoindre les druides de Caed Dhu qui pourraient aider le sorceleur à localiser Ciri. En route, ils sont à nouveau pris dans la guerre. Acculé, Geralt choisit d’engager le combat plutôt que de fuir. Il se range du côté des armées du nord et mène les hommes à la victoire. Le roman se clos sur l’adoubement de Geralt par la reine Meve, dame de Lyrie et de Rivie.

En parallèle on a quelques apparitions de Ciri. On sait, par un jeu d’entrelacement dans le récit, que la jeune fille suit les aventures de Geralt en rêve et que Geralt (ainsi que Cahir, uni à elle par un lien encore inexpliqué) voit la jeune fille en rêve. Cependant suivre son parcours en rêve ne leur permet pas de la localiser précisément. D’où l’aide qu’ils veulent trouver chez les druides versés en magie. Que fait Ciri ? Elle continue à se faire appeler Falka et parcourt le monde aux côtés des Rats. Je trouve l’évolution de ce personnage négative : la jeune fille développe le plaisir de tuer en compagnie de brigands. J’ai hâte de voir l’évolution que ça donnera dans les deux derniers tomes.

Sinon, un autre groupe de personnages apparait de temps à autre : les magiciennes. Les magiciens se sont entretués sur l’île de Thanedd dans le tome précédent mais il en existe encore et pas des moindres. Les principales actrices de la destruction de leur ordre se rassemblent lors d’un conseil secret. Malgré les antagonismes que certaines nourrissent entre elles, elles parviennent à un accord : restaurer la magie au-delà de la rancune, de la politique et des frontières. Ainsi même deux magiciennes Nilgaardiennes sont contactées et mises dans le secret afin de constituer un conseil supranational. C’est lors de la constitution de ce conseil que Yennefer, qui était prisonnière de Francesca Findabair, est libérée. Dans un premier temps elle est obligée de se soumettre à la volonté de sa geôlière et de rejoindre le conseil. Mais c’est à contre-cœur. La magicienne n’a qu’une idée en tête : retrouver et protéger Ciri que ce conseil de magiciennes veut instrumentaliser et utiliser. Elle parviendra à s’enfuir grâce à l’aide surprenante et subtile d’une des deux magiciennes Nilfgaardienne.

Avis personnel :

C’est un tome qui reste intéressant malgré quelques longueurs dans le voyage de Geralt. J’aime beaucoup le nouveau personnage de Milva, elle est attachante et touchante. Quant au vampire, Régis, je le trouve bienvenue. Il donne une nouvelle profondeur à la sensibilité de Geralt. Alors que tout lui commandait de tuer le vampire comme le voudrait sa profession de sorceleur, il a décidé de l’épargner reconnaissant dans le monstre plus d’humanité que dans certains êtres humains. C’est une manière intéressante pour l’auteur de poursuivre dans l’exploration de sa problématique : qui est monstre ? qui est humain ? (cf articles précédents sur ce cycle).

Les parties qui m’ont le plus intéressée sont les moments consacrés aux magiciennes. J’aime suivre leurs machinations. Même si elles se veulent apolitiques, leurs désirs restent de contrôler le monde et donc la politique des nations. L’atmosphère de complot, de secret est quelque chose qui me plait beaucoup dans cette œuvre.

En ce qui concerne Ciri, j’ai qualifié son évolution de négative dans le sens où elle bascule dans le plaisir de tuer. Je suis curieuse de voir ce que cela va donner, quel chemin va prendre le personnage vis-à-vis des valeurs que lui avait apprises Triss Merigold, Yennefer et Geralt.

En somme c’est un tome qui est fidèle à ce qui l’a précédé. Même si par moment son rythme donne la sensation d’une lenteur et d’une pause dans le récit, l’auteur parvient toujours à relancer l’action et la curiosité de son lecteur. Le récit s’achève sur un inachevé qui ouvre l’appétit pour le tome suivant. Geralt arrivera-t-il aux druides ? Retrouvera-t-il Ciri ? Un danger qui semble menacer cette dernière est sous-entendu à plusieurs reprises, qu’en sera-t-il ? Yennefer parviendra-t-elle à échapper au conseil des magiciennes et à retrouver la jeune fille ? Autant de questions sans réponse. A suivre dans le tome 6 !

Remarque à part : Le récit se clos sur l’adoubement de Geralt par la reine de Lyrie et de Rivie. J’ai bien aimé l’ironie de cette scène. Même si Geralt a fait preuve de courage en se battant pour les armées du nord au lieu de fuir une fois encore, et même s’il a apporté la victoire, il ne se sent pas chevalier. C’est un ordre qui est loin de sa condition de sorceleur. De plus, le comble de l’ironie est le titre qui lui est donné : « chevalier Geralt de Rivie ». Or, le sorceleur, orphelin de naissance, ignore d’où il vient vraiment et le nom qu’il s’est donné, Geralt de Riv, est un choix aléatoire fait pour inspirer confiance. Il l’explique lui-même peu avant cette scène. Le fait d’être adoubé au titre de son nom de sorceleur lui tire « un sourire amer qu’il lui était impossible de réprimer. » Si le récit se clos sur cette scène à tonalité ironique, c’est peut être pour accentuer le sort désespéré du sorceleur qui n’a plus sa place dans le monde. De fait il doit en trouver une valable et cela se fait par l’adoubement en tant que chevalier. Mais j’ai aussi pensé que cette scène peut avoir une interprétation toute autre, plus positive. Elle rapproche le sorceleur du chevalier et des valeurs qu’on lui connait traditionnellement. Non pas pour l’écarter du monde et le rendre obsolète, bien au contraire ! Peut être pour signifier que c’est lui le chevalier, celui qui porte des valeurs, le modèle de vaillance et de morale, et non aucun des autres hommes dits chevaliers. Cela ferait de lui, alors qu’il n’est qu’un mutant et une abomination pour beaucoup, un être plus humain que lesdits humains.

baptême du feu 2

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans Andrzej Sapokowski, AUTEURS & OEUVRES, Fantasy et Science-Fiction. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sorceleur – Tome 5 : Le Baptême du feu – Andrzej Sapkowski

  1. Ping : Les lectures des mois de Novembre 2012 et Décembre 2012 | Havre de pensées & de mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s