Vocabulaire en ancien français : « anseignier »

Vocabulaire : « anseignier »

Etymologie

Le verbe « anseignier » vient du bas-latin « insignare » dont la racine est clairement « signum ». « Signum » signifie « signe ». « Insignare » signifie « montrer par un signe ».
NB : « insignis » donnera « insigne ».

En ancien français

En ancien français « anseignier » comporte plusieurs sens.
1. Marquer, indiquer par un signe.
2. Montrer.
3. Faire signe.
4. Instruire. Glissement de sens : « montrer quelque chose dans le but de faire apprendre quelque chose à quelqu’un ».

NB : « Chastier » et « anseigner » sont proche dans le sens de recommandation, d’instruction. Mais « chastier » est beaucoup plus fort et ferme qu’« anseignier ».

Paradigme morphologique

Les dérivés d’« anseignier » comportent eux aussi beaucoup de sens qui se dérivent les uns des autres.

« Anseignement », nom masculin du XIIe siècle, peut signifier :
1. renseignement que l’on a que quelque chose.
2. avis, conseil.
3. savoir.
4. sagesse.
5. charte, titre authentique.

« Anseigne », nom féminin, peut signifier :
1. marque, tache.
2. signe distinctif.
3. signal.
4. indication.
5. banderole de la lance du chevalier.
6. cri de ralliement d’un chevalier.
7. médaille.
8. monnaie.
9. statue.
10. une preuve.

« Anseigneor » peut désigner :
1. Celui qui enseigne, qui instruit.
2. Officier de justice chargé de porter des accusations. On retrouve là la nuance de « preuves » de « anseigne ».

Evolution jusqu’au français moderne

Durant la période du moyen français, « anseignier » garde la plupart de ses sens. On commence à le graphier « enseigner ». On lui ajoute la nuance sémantique de « guider » et de « diriger ».
Les sens de « enseignement » se restreignent. On a « quelque chose qui montre », « un signe », « un insigne ». Mais c’est aussi « l’exemple à suivre », « une instruction ».
Le mot « enseigne » se maintient d’avantage et comporte toujours de multiples sens : « marque distinctive », « statuette pieuse », « armoiries », « drapeau », « étendard », « compagnie, unité armée dans l’armée », « signe », « preuve », « traces », « empreintes ».

Au cours de la période du français classique, le sens le plus répandu pour « enseigner » est celui d’instruire. « Indiquer » reste un sens possible mais plus rare.
Pas de changement pour le paradigme sémantique d’« enseignement ».
On réduit le nombre de sens pour « enseigne ». C’est un « signe distinctif », « un renseignement », un « drapeau », un « étendard ». Émergence d’un nouveau sens : « panneau indiquant telle ou telle boutique ».

En français moderne le sens des termes ne change pas beaucoup.
Pour « enseigner » on a toujours le sens « d’apprendre quelque chose à quelqu’un ». C’est le fait d’éduquer.
L’enseignant est celui qui « apprend quelque chose à quelqu’un ».
L’enseignement est « ce que l’on apprend à quelqu’un ». C’est aussi le milieu des enseignants.
L’enseigne quant à elle ne s’est pas spécialisée et on constate encore une pluralité de sens : « enseigne d’une boutique », « drapeau, étendard », etc.

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans Histoire de la Langue, PARCOURS LITTERAIRE, Vocabulaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s