Le bal de la nouvelle année

Je vous souhaite une bonne année 2012 et vous offre le dernier poème de 2011, rédigé à l’instant.
Bonne lecture !

Le Bal de la nouvelle année

L’AME BLESSEE

Une année de plus, une année de vie,
Mais que reste-t-il de ces heures écoulées
Dans le fleuve des vents fanés ?
Combien de joies brillent dans la nuit ?
Combien de peines animent les regrets ?

La suite sera-t-elle meilleure ou pire ?
Qui peut se dire s’il a envie ou non de passer
Dans le gouffre de cette nouvelle année ?
Pleurerai-je ou connaîtrai-je le rire ?
Ce bal sera-t-il rêve ou songe détesté ?

L’AME RESIGNEE

Tant de questions futiles en ce jour :
Le sang des ombres, invariablement,
Survivra au passage de cet an.
Qu’est-il sinon un triste toujours,
Un rythme artificiel, un tourment ?

Sablier éternel veillant sur le monde,
Berceau des sables s’écoulant,
Gardien séculaire des âges passants,
Pourquoi tant de fracas sur les ondes ?
Tout passera comme il le doit en son chant.

L’AME EN FETE

Il ne reste plus qu’à sourire à la nuit,
Passer du soir au matin le cœur en fête,
Des rêves dorés emplissant les têtes,
Comme le vin coulant dans les gosiers ravis,
Or sanguin déchaînant de douces tempêtes.

Lorsque les douze coups sonneront
Nous nous lèverons et, simplement,
Nous nous enlaceront en nous souhaitant
Le meilleur en cette nouvelle saison.
Les vœux s’égayeront vers le firmament.

L’AME SOLITAIRE

Que vais-je faire de ces maigres heures ?
Vers qui me tournerai-je pour ne pas périr ?
Périr dans le feu du silence… Faiblir et haïr !
Quel est ce monde de tristes douleurs ?
Que vais-je faire ? Mais que faire ? Où partir ?

Mais qu’entends-je au loin ? Qu’entends-je ?
C’est l’espoir qui demeure et me surprend,
Cette femme m’a souri en passant,
Un peu de chaleur, de la tendresse le chant.
Oserais-je revenir chez moi maintenant ?

L’AME AMOUREUSE

Oh Ciel ! Tu es grand et je te remercie
Pour les trésors que tu m’as apportés
Au long de ces instants passés.
Sauvegarde-les encore je t’en prie,
Qu’ils parsèment les jours annoncés.

Oh mon âme ! Comme je suis heureuse,
Entends-tu résonner en moi tous ces chœurs ?
Ils entonnent la mélopée du bonheur !
La lumière des étoiles est merveilleuse,
L’avenir ne me fait plus peur !

L’AME REVEUSE

Viendra-t-il enfin cet accomplissement ?
Je voudrais voir ces pages s’envoler,
Murmurer aux anges mes désirs secrets.
Je voudrais que viennent lentement
Ces instants grandioses, purs et dorés.

Nulle douceur ne serait plus vivace,
Que celle qui me saisirait si venait
A moi cette lueur. Le temps s’arrêterait,
Enchantement éternel et fugace.
Mais je rêve, rien de tout cela ne sera jamais.

L’AME PROPHETE

Ne craignez rien de ce qui est dit !
La course du temps ne s’arrêtera pas,
Pas plus qu’elle ne l’a fait à chaque fois
Qu’un homme a hurlé : « Tout est fini ! »
Nul fou ne peut prédire son trépas.

Dormez en paix, aimez comme toujours,
Rien dans les roches n’est gravé,
Les sphères célestes ont murmuré
Qu’après la nuit viendrait le jour.
Les promesses de vie sont sauvées.

L’AME DU POETE

Comment pourrais-je chanter sur ma lyre
Les merveilles du temps, le charme du passé,
Les beautés perdues ou celles qui se sont éveillées ?
Comment fredonner la mélodie de l’avenir
Dans ce cycle de profonde éternité ?

Tout ce sang versé dans le fracas des guerres,
Âmes sans noms, fauchées avant l’heure annoncée,
Toutes ces solitudes et ces craintes élevées
Dans les ténèbres d’une époque qui se désespère,
Méritent l’élégie, le droit à n’être pas oubliés.

Tous les éclats de joie s’élevant vers les étoiles,
La flamme des rêves élevant haut l’espoir,
La douceur berçant les actes de mémoire,
Brisant le joug des ombres et levant haut la voile,
Appellent les vers, immortels gardiens de leur histoire.

Monde malade et désarmé face à tes propres tourments,
N’oublie jamais que la lumière poursuit le cœur de la nuit,
Ne te laisse pas sombrer dans la défaite aujourd’hui,
Les lendemains appellent un meilleur cheminement,
Il t’appartient de le construire. Alors espère et vis !

Eléonore COTTON
Décembre 2011

Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans MES ECRITS, Poèmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le bal de la nouvelle année

  1. Snotra Grey dit :

    C’est très beau ma best !
    J’aime beaucoup le fait que tu ai séparé ton poème avec un ressentit différent de l’âme.
    Du grand art ! 🙂

  2. Mina dit :

    Woaw! Tu t’es surpassée pour ce dernier poème! Je le trouve magnifique! J’ai beaucoup aimé toutes ces voix que tu as mis en présence, pour les faire tournoyer ensemble par celle du poète/poème. Vraiment, bravo!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s