J’ai entendu les Muses

Ma vie est un triste enfer, je rêve de paradis,
Tel a été le chant de mes misères,
Mais aujourd’hui ce n’est plus qu’hier,
Car le bonheur rayonne et me ravit.

J’ai entendu les Muses, elles me chantaient
La chaleur, la félicité, l’ambre de la vie,
Sans jamais laisser aller aux ombres la gaieté,
Leurs mots m’ont touchée et éblouie :

« Oh toi ! Pâle âme mortelle ! Relève les yeux,
Sèche ces larmes et souffle le destin malheureux,
Tu ne sauras plus jamais ce qu’est la détresse,
Si tu protèges ton cœur de la vieille tristesse.
Le bonheur est là, il te tend les mains,
Prend les et danse avec lui le lendemain,
C’est un homme qui porte en lui la joie,
Plus que les spectres il t’apportera !
Ferme ta porte aux esclaves de la souffrance
Et partage avec lui le cœur et la jouissance ! »

Ce murmure insensé m’est venu en douces notes,
Je ne l’ai pas compris derrière ma porte.
Je l’ai donc ouverte et le message m’a libérée,
Le doute tel l’hiver est mort avant l’été !

« Que dites- vous ? » leur ai-je demandé,
« Le bonheur est ici ? Vous lui avez parlé ?
Qu’est ce qu’il vous a dit et promis ?
Pourquoi, à moi, il s’intéresserait ? »

« Les douleurs, les peines et les malheurs,
La cour insensée du sang vermeil et des pleurs,
N’ont pas toujours leur place dans les justes âmes,
Il faut qu’un jour viennent les occire les lames !
Nous sommes venues t’apporter cette délivrance
Viens et saisis maintenant cette divine chance. »

« Que dois-je faire ? Que dois-je en faire ?
Comment puis-je embrasser vos prières ? »

Les Muses rirent, un rire léger et voluptueux
Qui pouvait faire fondre le cœur des dieux.

« En vivant, en cueillant le jour tel qu’il est,
Comme Horace l’a dit, comme Epicure l’a fait,
Contente-toi de ce que tu as, car maintenant,
Il te sera offert les trésors du vaste firmament !
L’amour et la simplicité ; la joie et la félicité,
Le bonheur naît de cette union, de cette pureté.
Prend donc nos mains, suis nos commandements,
Ecrit, vit, sourit, tend la main au destin aimant ! »


Avril 2011-04-21
Eléonore COTTON
(Tous droits réservés)
Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans MES ECRITS, Poèmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s