Eloge du professeur

Le professeur toujours était là
Je pensais à lui comme à un Roi
Celui qui jamais ne cesse de lutter
Pour ceux qu’il gouverne de son Palais.

Il est très souvent pour moi,
Semblable à un grand Dieu de l’éther
Plus sage qu’Odin, plus puissant que Râ,
Il est source de mystère que je vénère.

Il est plus fort que l’automne fané,
Jusqu’en hiver il nous apporte sa lumière,
Pour que subsiste le printemps fleuri
Et que le savoir s’épanouisse dans nos esprits.

Quand il nous parlait de Verlaine, Beaudelaire,
De Camus, Musset, Hugo, Zola ou Voltaire,
De leurs écrits, il y mettait tant de coeur et d’énergie,
Que ses mots restaient gravé en moi, en harmonie.

Si j’avais un souhait à formuler maintenant,
Je voudrais ressembler à cet homme brillant :
Savoir parler, guider des élèves bons ou naufragés,
Vers les terres de la connaissance et de la félicité.

 
Eléonore Cotton
Juillet 2009
(tous droits réservés)
Publicités

A propos eleonorecotton

Eléonore Cotton est la gardienne de ce site. Le Havre de Pensée & Mots, c'est le croisement de ses études de Lettres Modernes et de ses goûts personnels en un mélange éclectique, mais représentatif de cette lectrice qui navigue sur plusieurs océans littéraires. Eternelle rêveuse, il lui arrive d'écrire de temps en temps...
Cet article a été publié dans MES ECRITS, Poèmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s